fbpx

Cameroun Actuel

Le journaliste Sismondi Barlev Bidjoka raconte ses dernières rencontres avec le ministre Dodo Ndoke et Martinez Zogo, tous deux assassinés

Dans un éditorial diffusé sur sa chaîne, RIS Radio, émettant depuis Yaoundé, Sismondi Barlev Bidjoka raconte ses dernières rencontre avec le ministre Gabriel Dodo Ndoké et le journaliste Martinez Zogo. 

« Maintenant que les émotions se sont un peu apaisées, je crois que je peux vous raconter ces événements aujourd’hui ce n’est absolument rien d’extraordinaire. Mais voyez-vous parfois certaines choses sont liées mais plutôt à des pôles différents. C’est quand le détenteur d’un autre pôle vous écoute qu’il comprend qu’il n’avait pas toute l’histoire.

Le 13 juin 2022 à 16h00, je reçois un coup de fil de Martinez Zogo. On est alors en plein dans la polémique du gisement de fer de la Lobé à Kribi. Il a quelque chose de très important à me dire. On prend rendez-vous pour 17h30 à l’esplanade, à l’esplanade du Ministère des Transports. Je suis hésitant. Je veux savoir Martinez ZOGO me confie alors qu’un membre du Gouvernement voudrait me voir. Ok, il s’agit de qui ? Mon ami hésite, mais finit par me dire de lui faire confiance et je lui fais confiance.

On se retrouve donc à 17h30. Martinez a laissé son véhicule à l’esplanade du ministère des Transports, je crois, et nous sommes montés avec la mienne en passant par la voirie municipale, une petite route avec la crevasse partout juste entre la voirie et le cimetière d’en face, nous grimpons la colline, une petite colline assez raide avant d’arriver devant un grand portail, un portail d’une grande villa basse.

Un vigile et 2 (deux) policiers sont au portail. Visiblement, on était attendus, puisque le portail s’ouvre très vite devant nous sous une petite pluie qui prend tout son temps, tout son temps et ne s’arrête pas. Il faut dire que ça donnait un environnement assez glauque. Je rappelle que jusque-là, Martinez Zogo m’avait demandé de lui faire confiance.

On y est et c’est seulement une fois à l’intérieur qu’il me dit que le membre du gouvernement en question, c’est le ministre DODO NDOKE, ministre des Mines, paix à son âme, a demandé à me voir. OK. Je me dis alors logiquement qu’il s’agit de la polémique autour du projet, qu’il voudrait m’expliquer les tenants et les aboutissants. Ce que je trouve pertinent puisqu’ils sont comme ça de temps en temps, d’autres membres du gouvernement.

Je me dis alors logiquement qu’il s’agit de la polémique autour du projet, projet d’exploitation du fer de la LOBÉ KRIBI, polémique qui a vu le jour quelques mois plus tôt on était alors vers avril-mai 2022 dans ces eaux-là. Pas plus loin, on nous installe donc dans des fauteuils de cuir confortables. Je suis assis sur le même canapé avec Martinez ZOGO.

On fait des commentaires, on parle de l’actualité, on parle des filles etcetera, après une dizaine de minutes, notre jeune membre du gouvernement entre au salon avec beaucoup d’humilité me donne une poignée de main vigoureuse, très chaleureuse, ce qui m’a d’ailleurs détendu. Il me dira plus tard qu’il est fan de mes éditos quotidiens.

En effet, dans un dossier de son téléphone avec 5 terra d’emmagasinage, soit 5000 giga, il a créé tout un dossier où il collecte mes chroniques par catégorie j’étais très flatté, très flatté je vous l’admets, très flatté et je me suis demandé, mais bon Dieu, pourquoi l’homme à la punk ne fait pas comme les autres aussi simplement ? Pourquoi ne peut-il pas appeler des gens, des journalistes pour leur expliquer des choses, des choses complexes pas forcément à la portée de tous, elle entame, Ah non ! je me trompe, il le fait déjà et son journaliste préféré semble être Martinez ZOGO.

Le ministre DODO NDOKE nous offre des sodas et des eaux minérales, après quelques minutes à parler de la vie chère, il prend la parole posément et me livre point par point à cœur date et autre détails, et chose rare chez un membre du gouvernement ici chez nous, il nous explique comment des ministres ici chez nous voguent à contre-courant dans certains dossiers pour leurs intérêts personnels égoïstes et là je me dis quelque part dans ma tête, nous y sommes !

Ce petit homme assis en face de nous peut renverser tout un Gouvernement en un claquement de doigts, tellement il maîtrise les différentes logiques d’intérêt. Je prenais des notes rageusement on avait devant nous quelqu’un de très intègre. Le type de spécimen qu’on trouve très rarement au sein de notre gouvernement, très intègre car, en 7 minutes plus tard, je connaissais de fond en comble ce dossier du gisement de fer de la LOBÉ à KRIBI.

Enfin, après 2 disgressions entre autres à propos de nos filles, on parla de nos filles aujourd’hui qui ne semblent vivre que pour le sexe et par le sexe avec les conséquences qui vont avec. Bref on parla des filles comme ça juste pour se détendre.
Il s’était alors redressé dans son fauteuil avant de le dire en me fixant dans les yeux, citation : « SISMONDI s’il te plaît n’enregistre pas si jamais tu en avais l’intention ».

Et moi de lui répondre : « Non ! Monsieur le Ministre, ce n’est pas une pratique qui entre dans ma pratique professionnelle, sauf en cas d’enjeu de vie ou de mort ». « voilà », il respira un peu. Il savait que j’étais comme ça c’est à dire loyal, surtout quand je vous ai donné ma parole. Il se mit alors à évoquer un complot qui, de son avis, se préparait à la Présidence de la République, avec des acteurs, des acteurs dont les noms ne surprendrais personne, au vu de ce que l’opinion nationale connaît déjà.

« Voyez-vous, jeunes gens la politique en Afrique en général, au Cameroun en particulier est une scène de tragédie. contrairement à ce que vous pensez, la sorcellerie y est très violente très violente, ne soyez jamais naïf, il faut serrer le cœur, s’endurcir pour rendre certaines choses relativisables. Il sera toujours temps pour vous de révéler les noms j’ai tout remis à Martinez, photos, documents, tu feras des copies plus tard. je sais d’emblée que ce n’est pas votre travail. Mais voyez-vous, je vous connais très républicain et très patriote. Vous devez aider le Président de la République à sortir de là ».

Malgré ma question : sortir de quoi ? il a répété, à sortir de là. c’est après lorsqu’on était dans la cour, lorsqu’il nous accompagnait à la voiture qu’il nous a expliqué en une phrase ce qu’il entendait par sortir de là.

Pourquoi je vous raconte cette petite histoire ce matin ? En fait, c’est que finalement Martinez ZOGO ne m’avait pas donné le contenu des documents tels qu’indiqué par le membre du Gouvernement. Malgré mes relances, je ne suis jamais entré en possession de ces documents. Alors je me pose la question ? est-ce que ça ne faisait pas partie entre autres des fameux documents qu’on dit qu’il détenait ? et encore mieux encore ces gens qui me poursuivaient la dernière fois s’étaient par hasard laissés à croire que Martinez m’a laissé les documents sensibles ? Non ! désolé ! il ne m’avait jamais remis ces documents et j’aurais bien aimé savoir ce qu’elles contenaient, ces chemises de documents, vraiment.

Le ministre Gabriel DODO NDOKE, l’air très inquiet durant ces échanges, il laissa sortir un sourire avant de nous dire faites attention, faites très attention. Il était mystérieux ! il se peut, déclara le ministre, que si les choses se passent bien, le président de la République nous confie un poste très important, celui de secrétaire général de la présidence de la République.
Alors j’espère que je pourrai compter sur vous pour des communications très particulières. Absolument Monsieur le ministre, lui répondis-je.

A vrai dire, la pluie s’était arrêtée, on était devant la voiture, on s’en allait déjà. il a repris la parole pour nous dire : « à vrai dire je ne sais pas comment tout ça va se passer mais comme je vous l’ai dit si les choses se passent bien le président pourrait me nommer secrétaire général à la présidence de la République vous êtes jeune et peut-être vous aurez bientôt à gérer ce pays il convient donc que vous vous imprégniez d’un certain nombre de rouages en fait si les choses se passent bien le président le chef de l’État pourrait bientôt vous confier une nouvelle mission un nouveau défi le secrétariat général de la présidence de la République mais que ceci reste strictement confidentiel. N’en parlez vraiment à personne, c’est l’une des raisons pour lesquelles je vous ai fait venir. J’ai autour de moi les miens qui semblent déjà au courant. je ne sais comment mais il ne sont pas contents de la nouvelle. il se pourrait que je ne sois plus vivant au moment des nominations » et Martinez sursauta : « Quoi ? Monsieur le ministre ? vous êtes encore très jeune hein ? » et il répondit à Martinez :

« je suis très jeune peut-être, mais la politique elle est plus vieille » fin de citation. « Donc ils semblent déjà au courant et ne sont pas contents parce qu’ils avaient prévu quelqu’un d’autre et ce monsieur est venu me voir avant-hier mardi, il a fait un scandale et il a fait un scandale à mon domicile avec des menaces » ouvrez une parenthèse hein.

« Je précise que moi pour l’instant, je me garde de citer des noms. Il sera toujours temps il n’arrêtait plus de parler tantôt agacé, tantôt dépité il enchaîna : ils ne savent pas quoi faire de moi car en plus je suis au courant des faits très graves survenus récemment à la présidence, c’est plutôt abject pour des gens en qui le président a placé sa confiance ».

Voilà ramassées, Mesdames et Messieurs, ces 01h00 d’échanges que nous avons eus avec le Ministre des Mines Gabriel DODO NDOKE récemment et mystérieusement assassiné, dans des circonstances encore floues, alors il se pourrait que ces évocations par chance permettent à quelqu’un d’autre d’avoir le bout de l’histoire alors croyez-moi vous aurez le fin mot de l’affaire !»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi