fbpx

Cameroun Actuel

Yaoundé : un adolescent de 17 ans aux arrêts après une série de cambriolages dans les ministères

La police de Yaoundé a arrêté un adolescent de 17 ans, identifié comme Alain Ibrahim, soupçonné d’avoir commis une série de cambriolages dans plusieurs bâtiments, dont sept ministères gouvernementaux cette année.

Présenté aux médias le 3 novembre, par le commissariat central de police n°1 de Yaoundé, le Commissaire Divisionnaire Thierry Medou a déclaré que le jeune de 17 ans avait pénétré par effraction dans sept ministères et volé de l’argent, des ordinateurs portables et d’autres objets de valeur.

« Jusqu’à présent, il a cambriolé sept ministères : le ministère de la Communication, du Commerce, de la Santé, des Mines et d’autres« , a déclaré le Commissaire. « Il collecte toujours dans ces bureaux des ordinateurs portables, de l’argent et bien d’autres choses que nous évaluons encore« , a-t-il ajouté.

Selon les enquêtes de police, M. Medou a déclaré qu’Ibrahim travaillait avec quelqu’un qui lui donnait toutes les directives et informations sur les cibles. « Il a quelqu’un avec qui il travaille, qui est son mentor et qui lui donne toutes les directives. Quand il vole, il va remettre cela à son mentor qui l’utilise« , a déclaré le Commissaire.

Il a ajouté que le suspect serait inculpé de cambriolage et d’autres infractions connexes. Il a également mis en garde en affirmant que la police ne tolérera aucune forme de criminalité et prendra toutes les mesures nécessaires pour protéger le public. « Nous avons étudié ce cas depuis longtemps maintenant et avons accumulé suffisamment de preuves de notre enquête. Il sera traduit devant la loi, ainsi que son soi-disant mentor« , a ajouté M. Medou.

Ces derniers mois, la ville de Yaoundé a été le théâtre d’une criminalité endémique qui a alimenté l’insécurité. Les crimes vont des enlèvements aux viols, en passant par les meurtres, les vols, le trafic de parties humaines, entre autres. Au milieu de cette vague d’insécurité, les ministères gouvernementaux, considérés comme hautement sécurisés, n’ont pas été épargnés.

Cette recrudescence de la criminalité pourrait être attribuée au chômage des jeunes et à la perte de valeurs sociétales. Cependant, beaucoup doutent également de l’efficacité du système de maintien de l’ordre, y compris de la police et des gendarmes.

En effet, de nombreux criminels présumés, y compris ceux pris en flagrant délit, parviennent parfois à soudoyer leur sortie des cellules de police et à continuer à semer le chaos dans la société.

En septembre, le ministre de l’Administration territoriale du pays, Paul Atanga Nji, a exprimé son mécontentement face au niveau élevé de criminalité dans la capitale. Il a déclaré que les criminels utilisaient de plus en plus des motos pour semer l’insécurité à Yaoundé. « En août et septembre, plus de 700 cas d’agressions, 300 cas de viols, 900 cas d’accidents graves, dont certains ont laissé des victimes handicapées à vie, ont été signalés« , a-t-il déclaré.

Face à cette situation préoccupante, il est essentiel que les autorités renforcent les mesures de sécurité et prennent des mesures strictes pour mettre fin à cette vague de criminalité. La coopération entre les différentes agences de maintien de l’ordre et une surveillance accrue dans les ministères et autres bâtiments gouvernementaux sont indispensables pour rétablir la confiance de la population et garantir la sécurité de tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi