fbpx

Cameroun Actuel

Yaoundé : l’insécurité grandissante au quartier « Bonass » préoccupe les étudiants et les autorités

Ce quartier de Yaoundé, principalement habité par des étudiants, est devenu un véritable foyer de l’insécurité, où les résidents vivent sous la menace constante des malfrats.

Les actes de vol, d’agression, de cambriolage et même de meurtre sont devenus monnaie courante dans cette zone, qui est majoritairement peuplée par des étudiants en raison de sa proximité avec l’Université de Yaoundé 1. De plus, la crise anglophone a également entraîné l’arrivée de déplacés des régions du Nord-ouest et Sud-ouest, ce qui a contribué à la hausse de la population et potentiellement à l’augmentation de l’insécurité. La cohabitation dans ce quartier est fortement marquée par une insécurité persistante, de jour comme de nuit, ce qui nécessite une vigilance accrue de la part des résidents.

La récurrence des actes criminels dans cette zone en fait un véritable foyer de criminalité au sein de la capitale. Les résidents témoignent de leur sentiment d’insécurité et décrivent des situations où même les objets les plus insignifiants, tels que des babouches et des serviettes, sont volés. Certains résidents pensent même que les voleurs pourraient faire partie de la communauté, ce qui accentue leur méfiance et leur crainte.

Le comité de vigilance, qui avait été mis en place il y a plusieurs années pour assurer la sécurité des habitants, a rencontré des difficultés dans sa mission. Certains membres du comité ont découvert que des bandits se cachaient parmi eux, ce qui rendait la gestion de la sécurité des étudiants encore plus difficile. De plus, lorsque les autorités arrêtent un voleur et le remettent aux forces de l’ordre, il est souvent aperçu dans le quartier quelques jours plus tard, ce qui suscite des craintes de représailles. Depuis que le comité de vigilance n’est plus actif, la situation s’est aggravée.

Au commissariat de Ngoa-Ekelle, les allégations du membre du comité de vigilance sont rejetées. Selon un policier, l’une des difficultés majeures auxquelles ils sont confrontés est le manque de coopération des populations. Parfois, les habitants connaissent les auteurs des actes criminels, mais choisissent de ne pas coopérer avec les autorités. Cela rend les enquêtes difficiles car les déclarations des témoins sont essentielles pour ouvrir une enquête solide. L’absence de preuves tangibles oblige souvent les autorités à relâcher les suspects. Le policier souligne également l’importance d’une collaboration étroite entre les forces de l’ordre et les populations pour lutter efficacement contre les vols. Il assure que les forces de l’ordre disposent de compétences techniques et professionnelles pour traquer les criminels.

Face à cette situation préoccupante, il est impératif que les autorités prennent des mesures concrètes pour assurer la sécurité des résidents de Yaoundé 6. Une présence policière renforcée, des patrouilles régulières et une coopération accrue entre les forces de l’ordre et les habitants pourraient contribuer à réduire l’insécurité dans ce quartier. De plus, il est essentiel de sensibiliser la population sur l’importance de signaler les activités suspectes et de coopérer avec les autorités lors des enquêtes.

Il est urgent de prendre des mesures pour lutter contre l’insécurité croissante dans le quartier de Yaoundé 6. Les étudiants et les résidents méritent de vivre dans un environnement sûr et sécurisé. Il est temps que les autorités prennent des mesures concrètes pour mettre fin à cette vague de criminalité et redonner confiance à la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi