fbpx

Cameroun Actuel

Yaoundé 6 : Jacques Yoki Onana retire sauvagement la célébration d’un mariage à sa deuxième adjointe, Virginie Ngah

Jacques Yoki Onana

Le 15 février 2024, un événement choquant s’est déroulé à la mairie de Yaoundé 6, où le maire Jacques Yoki Onana a retiré brutalement à sa deuxième adjointe, Virginie Ngah, la responsabilité de célébrer un mariage, suscitant l’indignation et la perplexité.

Jacques Yoki Onana, maire de Biyem-Assi, avait déjà interdit à Virginie Ngah l’accès à la mairie il y a quelques semaines, dans le cadre de ce qui semble être une dynamique de persécution à l’encontre de cette dernière, qui est également la présidente de la section OFRDPC du Mfoundi VI.

Vendredi dernier, un couple avait sollicité la célébration de son mariage, et après avoir obtenu toutes les autorisations nécessaires, le couple se rend à la mairie comme prévu pour la cérémonie. Virginie Ngah, en tant que 2ème adjointe au maire, était désignée pour sceller l’union. Cependant, Jacques Yoki Onana est intervenu de manière inattendue, retirant la responsabilité à Virginie Ngah et ordonnant que lui-même soit le seul à célébrer le mariage.

Le premier adjoint au maire, apparemment mal à l’aise avec cette directive, a décliné l’offre encombrante et est retourné chez lui. Face à cette situation, Virginie Ngah est restée en silence dans son bureau, attendant la suite des événements. Le maire a ensuite fait appel à la troisième adjointe, qui a également refusé de céder aux pressions.

Isolé, Jacques Yoki Onana a déclaré aux mariés qu’il était le seul maire de Yaoundé 6 et que Virginie Ngah ne célébrerait pas le mariage, ajoutant que sa décision était irrévocable. Finalement, vers 17h45, face à l’embarras général et la détresse des mariés, Virginie Ngah a négocié avec le premier adjoint pour qu’il revienne célébrer le mariage et sauver l’événement.

Cette situation souligne les tensions croissantes au sein de la mairie de Yaoundé 6 et la persécution apparente envers Virginie Ngah. Le maire l’accuse de dîner avec ses ennemis, suggérant une motivation politique derrière ces actions. La victime, Simone Virginie Ngah, est une haute fonctionnaire de l’État, professeure des lycées d’enseignement général, diplômée de l’École Normale Supérieure de Yaoundé. La question demeure de savoir si cette persécution est liée à des rivalités politiques au sein de la municipalité. L’affaire suscite des interrogations sur la gouvernance locale et la protection des droits des élus au Cameroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi