fbpx

Cameroun Actuel

Yakin: « Nous étions sans doute trop sûrs de nous »

Match de folie à St-Gall ! Menée 3-1 à la 89e minute, la Suisse a arraché l’égalisation devant le Bélarus, 105e au classement FIFA. Malgré tout, ce nul 3-3 sonne comme une défaite.

S’il ne remet pas en question la qualification pour l’Euro 2024, ce résultat est bien fâcheux. Il privera sans doute la Suisse d’un rang de tête de série en Allemagne qui revient aux cinq meilleurs premiers de ce tour préliminaire. Par ailleurs, il laissera des traces dans les vestiaires.

Murat Yakin n’a pas soigné son image auprès de ses joueurs avec des choix malheureux. Ecarter du onze de départ Dan Ndoye et Zeki Amdouni, dont les introductions furent bénéfiques, ne fut pas l’idée du siècle. Laisser sur le banc Denis Zakaria pendant l’intégralité de la rencontre interpelle aussi. Avec son abattage et sa grinta, le Genevois aurait apporté beaucoup plus qu’un bien pâle Djibril Sow.

Shaqiri allume la lumière

Dans une fin d’après-midi qui a rappelé que l’été indien n’était pas éternel en Suisse orientale, la Suisse a pris son temps avant de trouver l’ouverture. Face à une équipe valeureuse qui restait sur un « bon » 0-0 arraché trois jours plus tôt dans le huis clos de Budapest face à la Roumanie, la formation de Murat Yakin a cru revivre la première mi-temps laborieuse de Tourbillon le mois dernier face à Andorre. Avant que Xherdan Shaqiri n’allume la lumière.

Le Balois a, en effet, ouvert la marque sur une frappe splendide du gauche pour son 29e but le jour de sa 117e sélection. Cette réussite magnifique, l’une des plus belles qu’il a inscrites sous les couleurs de l’équipe de Suisse, a, bien sûr, tout changé.

La fête pouvait alors, croyait-on, battre son plein autour du capitaine Granit Xhaka qui égalait le record des 118 sélections de Heinz Hermann. Le joueur du Bayer Leverkusen avait été honoré avant les hymnes par le président de l’ASF Dominique Blanc et par son entraîneur chez les M16 du FC Bâle Werner Mogg.

Avant le but de Shaqiri, Xhaka aurait pu marquer sur une volée à la 13e et sur une frappe à la 27e qui filaient toutes les deux à quelques centimètres du poteau gauche de la cage bélarusse. Mais on veut croire que le capitaine ne fut pas meurtri de céder la vedette à son aîné, avec lequel il partage les mêmes racines mais aussi les grands moments de cette équipe de Suisse depuis plus de douze ans.

La fête tourne au cauchemar

Le Bélarus avait comme première ambition…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi