fbpx

Cameroun Actuel

Voici comment Bayero Fadil a doublé Robert Kona en lui remettant 10 000 F de transport au lieu des millions promis

La récente rencontre entre Papa Kona et l’homme d’affaires Bayero Fadil, qui a suscité beaucoup d’attention, révèle une histoire bien plus nuancée qu’il n’y paraît. Le journaliste Boris Bertolt raconte comment le rusé Bayero Fadil a joué un tour politique à Papa Kona, qui, victime de sa situation financière précaire, s’est retrouvé avec seulement 10 000 FCFA de dédommagement pour son voyage.

« À propos de la rencontre entre Papa Kona et l’homme d’affaires Bayero Fadil qui a fait beaucoup de bruit. Parfois les choses sont plus complexes qu’elles peuvent paraître. Je vous raconte donc comment le vieux Papa Kona, victime de son indigence, a été « frappé politiquement » par le rusé Bayero Fadil. Chapeau l’artiste !

Vendredi en fin d’après-midi, le vieux Papa Kona qui ronge tranquillement son frein à Doukoula dans l’Extrême-Nord, reçoit un coup de fil. Son interlocuteur dit lui téléphoner depuis Garoua de la part du « milliardaire » Fadil et que ce dernier l’invite, tous frais payés, demain (samedi) à Garoua. Le vieux Kona qui prépare son congrès de Maroua du 25 au 26 mai 2024 considère cet appel comme une opportunité de se faire un peu d’argent.

Le lendemain matin (samedi) seul, je dis bien tout seul, il quitte Doukoula à moto et arrive au carrefour Chewochai, puis saute dans le premier car de Danay Express en direction de Garoua.

À son arrivée à Garoua aux alentours de 10h, il téléphone à son interlocuteur qui le récupère et le conduit chez Bayero Fadil. Celui-ci l’accueille les bras ouverts dans son salon où se trouvent déjà d’autres personnes parmi lesquelles le lamido Yaouba, un de deux lamibé de Mokolo et habitué des coups tordus.

Jugeant le vieux Kona un peu défraîchi pour les caméras mobilisés pour son opération, une gandoura achetée le matin même au marché de Garoua est offerte au vieil homme. Le pantalon s’avérera trop gros et trop long, il gardera donc celui qu’il porte depuis Doukoula. Vous pouvez prêter attention aux photos qui circulent pour vous en rendre compte. Aussi, ils n’ont pas prévu de chaussures pour le vieil homme. La gandoura seule suffira ! Le fils de Papa Kona qui habite Garoua est également de la partie, il a aussi droit à une gandoura.

Une fois vêtu, Papa Kona participe à un spectacle dont il ignore tout des tenants et des aboutissants et qu’il regrette aujourd’hui amèrement. On le conduit ici et là pour des séances photos; on lui tend un micro pour qu’il débite on ne sait trop quoi dans un concert de bruits organisé par un groupe de danse Massa loué pour la circonstance à 50.000 FCFA.

À la fin de tout ce spectacle, le vieil homme, venu seul et non à la tête d’une délégation comme cela est avancé, avale une bonne boule de couscous et s’assoupit. Il est fatigué.

Entre temps, des photos de sa visite dont l’une où il s’affiche à côté d’une effigie de Paul Biya, circulent sur les Réseaux sociaux au grand bonheur de Fadil qui peut se féliciter de la réussite de son opération à moindre frais. Papa Kona n’en a pas conscience. Il ne pense plus qu’à recevoir l’appui conséquent du « milliardaire » et à rentrer. C’est là où les choses se compliquent, mais trop tard pour le vieil homme. Bayero Fadil le retient, le nourrissant d’espoir pour, vers 23h50, demander à son chauffeur d’aller le déposer à l’agence Danay Express de Garoua. Il lui remet 10.000 FCFA pour son transport.

Heureusement pour le vieil homme, il trouve une place dans un car en partance pour Yagoua. Le voilà dedans. Il arrivera finalement chez lui à Doukoula au petit matin du dimanche vers 7h après un trajet à moto depuis Chewochai. Papa Kona est rentré à la maison les poches vides, avec sa seule gandoura. Car Bayero Fadil lui a demandé de s’avancer, qu’il lui ferait parvenir dès le lendemain dimanche avant 18h, Plusieurs millions de FCFA pour son déplacement. Une véritable « frappe » puisque depuis ce matin de lundi, ni Fadil encore moins son « interlocuteur de vendredi » ne décrochent le téléphone« .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi