fbpx

Cameroun Actuel

Venise ne sera pas inscrite au patrimoine mondial en péril

L’écrivain Charles Ferdinand Ramuz (1878-1947) a désormais son musée. Un espace a été créé dans sa maison La Muette à Pully. Sur 100 m2 et deux étages, il présente l’homme, sa vie, l’écrivain, son univers et sa carrière littéraire. Inauguration le 23 septembre, lors de la Nuit des Musées.

Au no 2 du chemin Davel dans le vieux bourg de Pully, une ancienne maison vigneronne en pierre rose et aux volets verts. C’est ici que le plus célèbre écrivain et poète vaudois a vécu de 1930 jusqu’à sa mort en 1947. La partie droite de l’imposante bâtisse du 17e siècle, côté tour, a été transformée en musée, un projet vieux de dix ans environ.

« La Muette – espaces littéraires vise à faire de Ramuz, de son oeuvre et de la littérature un champ culturel contemporain, stimulant et accessible au plus grand nombre », ont indiqué jeudi en préambule devant les médias ses responsables.

Cette nouvelle institution culturelle est la sixième du patrimoine pulliéran. On écoute à ce propos le syndic de la commune, Gil Reichen.

« Plaisir et convivialité »

« Dans le plaisir et la convivialité, avec des regards pluriels, nous avons cherché à proposer une expérience immersive, sensible et intimiste », a expliqué la conservatrice du musée Stéphanie Lugon. « Espaces littéraires au pluriel, car il y a un parcours d’exposition, un site internet et une programmation proposant en moyenne un événement mensuel », a-t-elle souligné.

La visite dure environ 50 minutes avec un audio-guide, comme un « documentaire sonore », déclinant le parcours en sept chapitres concentrés sur quatre rencontres: avec l’univers de Ramuz, avec ses textes, avec l’homme et avec l’écrivain.

Musée et audio-guide ont été développés en collaboration avec le Centre des littératures en Suisse romande (CLSR) de l’Université de Lausanne, et en particulier avec son directeur Daniel Maggetti et son responsable de recherche Stéphane Pétermann.

Sobre, élégant et contemporain

Dans un espace assez petit, la muséographie est d’une sobriété contemporaine. Au rez, une longue bibliothèque permet au public de se familiariser avec l’oeuvre complète de l’auteur de « Derborence », « Aline », « La Grande Peur dans la montagne » ou encore « La Beauté sur la terre » et « Si le soleil ne revenait pas ».

Au deuxième étage, « clou de la visite », son bureau, face à la fenêtre et au jardin extérieur, vue sur le lac Léman. Posé dessus, un grand livre…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi