fbpx

Cameroun Actuel

Valsero poursuit le Délégué Général de la Sureté Nationale en justice pour la non-délivrance de son passeport

Dans une affaire sans précédent au Cameroun, l’artiste camerounais Valsero, de son vrai nom Gaston Abe Abe, a intenté une action en justice contre Martin Mbarga Nguele, le Délégué Général de la Sûreté Nationale, pour la non-délivrance de son passeport. Cette assignation, délivrée le 13 septembre dernier par l’huissier de justice Me Raphaël Ebode, a conduit à la comparution de Martin Mbarga devant le tribunal de première instance de Yaoundé Centre administratif.

Comme de nombreux Camerounais qui attendent en vain la délivrance de leurs documents personnels, Valsero attend depuis un an le renouvellement de son passeport, qui a expiré. Le 31 octobre 2022, l’artiste a soumis une demande de renouvellement de son passeport ordinaire à l’ambassade du Cameroun en Italie. Après avoir fourni les pièces requises et payé les frais de délivrance, il a reçu un numéro d’enregistrement et un récépissé. Cependant, son passeport n’a toujours pas été délivré, sans explication.

Face à l’inaction de la Délégation Générale de la Sûreté Nationale malgré ses nombreuses relances, Valsero a décidé de saisir la justice pour résoudre cette affaire. L’huissier de justice Me Raphaël Ebode a donc assigné Martin Mbarga Nguele à comparaître devant le procureur du tribunal de première instance de Yaoundé Centre administratif, statuant en matière civile et référé. La première audience, prévue le 28 septembre 2023, a été renvoyée au 5 octobre prochain en raison de l’absence du Délégué Général.

Au-delà d’une simple action judiciaire, cette plainte de Valsero revêt une dimension militante, un appel à la conscience collective. Elle suscite une excitation mentale et psychologique, interpelant les Camerounais qui vivent dans la peur et la psychose. Le message est clair : il est temps d’oser, car c’est un droit fondamental.

Cette action de Valsero envoie un signal fort aux autorités camerounaises, qui ont laissé les pièces personnelles de millions de Camerounais pris en otage dans l’inaction. Elle souligne également l’importance de protéger les droits des citoyens et de garantir une administration publique transparente et efficace.

Il reste à voir comment cette affaire se déroulera devant la justice, mais elle met en lumière la nécessité de résoudre les problèmes de délivrance des documents personnels au Cameroun et de garantir l’égalité de traitement pour tous les citoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi