fbpx

Cameroun Actuel

Une voiture a pris feu dans le tunnel du Gothard – pas de blessés

La Cathédrale de Lausanne a accueilli dimanche soir quelque 650 personnes pour un culte de Noël sortant de l’ordinaire. La pasteure Line Dépraz a invité l’auteur de romans policiers Marc Voltenauer à un dialogue autour de la lumière et des ténèbres.

Devant les fidèles, la pasteure a souligné qu’un monde sans grâce était un monde que l’on cherche à rendre supportable tel qu’il est plutôt que de s’attacher à le transformer. Et de se demander pourquoi l’humain peine tant à recevoir la lumière, tant au temps des prophètes qu’aujourd’hui.

Marc Voltenauer qui a achevé des études de théologie à l’Université de Genève, avant de se tourner vers le domaine bancaire, puis l’écriture de polars, prenait part pour la première fois à un culte dans la Cathédrale de Lausanne. Il a évoqué en écho son héros l’inspecteur Andreas Auer qui se demande régulièrement comment une personne peut en arriver à ôter la vie d’un autre être humain.

Un des premiers polars

Si ses romans sont très sombres et ne manquent pas d’hémoglobine, Marc Voltenauer a rappelé que la Bible pouvait être assez sanglante et qu’elle était peut-être l’un des premiers polars. Et de mentionner le récit d’un meurtre dans la Genèse, celui d’Abel par son frère Caïn.

Pour l’écrivain, ce premier meurtre de l’humanité traite de la relation à l’autre et de la difficulté à l’accepter pleinement. « Caïn envahi par l’ombre n’arrive pas à se dominer. Jésus invite à découvrir la part de ténèbres de chacun, à l’apprivoiser », a-t-il poursuivi. Et de conclure que chacun peut faire vivre la lumière, être bienveillant et ne faire d’ombre à personne.

Line Dépraz a souligné de son côté la porosité de la frontière entre la lumière et l’ombre. La vie n’est pas binaire. Il n’est pas possible de toujours distinguer de façon évidente l’ombre du jour, le mal du bien, a-t-elle relevé. Et d’inviter les personnes présentes à illuminer le monde en étant des étoiles sur terre.

Sortir du patois de Canaan

Line Dépraz a déjà accueilli plusieurs personnalités lors de ses cultes. Parmi elles, le philosophe Alexandre Jollien, les politiciens Philippe Leuba et Oscar Tosato ou encore le poète et musicien Stéphane Blok. Pour elle, ces échanges permettent de sortir du « patois de Canaan » et d’apporter un éclairage différent.

La pasteure et Marc Voltenauer étaient déjà en lien: « Je lui ai demandé son aide…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi