fbpx

Cameroun Actuel

Une femme qui a posté une vidéo de la fusillade d’un policier dit qu’elle a fait « son devoir »

Dix jours après la diffusion de la vidéo où l’on voit la jeune Nahel, tuée par des tirs de policiers à Nanterre, la jeune femme qui a posté les images avoue au micro de BFMTV avoir agi comme n’importe quel citoyen et « entendre la colère des Français ». « .

Elle parle pour la première fois. La jeune femme qui a révélé au grand public les images de la mort de Nahel, tuée par des tirs policiers le 27 juin à Nanterre, a confié à BFMTV qu’elle avait « fait son devoir » en diffusant la vidéo sur les réseaux sociaux. Elle s’est souvenue de cette journée qu’elle n’est pas prête d’oublier.

Le 27 juin au matin, Olivia*, 27 ans, était au travail à Nanterre. Peu avant 9 heures du matin, une de ses collègues franchit la porte du bureau et lui raconte qu’elle a été témoin d’une scène terrible : un coup de feu tiré par un policier en direction du conducteur d’une voiture. Cette dernière a filmé les faits et va rapidement tenter de confier sa terreur à Olivia*.

« Quand je vois la vidéo, je trouve ça très choquant et grave. Je n’aurais jamais imaginé que ça puisse arriver près de chez moi », explique, dix jours plus tard, Olivia* à BFMTV.

Le choix de la diffusion

Elle est alors l’une des premières à découvrir ces images en France. Très vite, elle se pose la question de la diffusion de cette vidéo et de la meilleure manière de dénoncer ces faits ainsi que leur gravité.

Mort de Nahel : une enquête difficile face à 2 versions opposées

« Je me suis sentie assez gênée de devoir aller au commissariat avec cette vidéo. Je sais que les policiers font bien leur travail, mais quand on voit ça et qu’on connaît la première version qui a été donnée et qui n’était pas le reflet de ce qu’on a vu dans la vidéo, je pense que j’ai bien fait de la poster », a-t-elle assuré.

En effet, peu après la révélation des faits, une première version policière, selon laquelle le policier avait tiré car le véhicule allait droit sur lui, avait été relayée. Selon un document judiciaire que BFMTV a pu consulter, le premier résumé rappelant la chronologie des événements confirme bien cette thèse : « Le policier s’est rendu au front pour l’arrêter. Le chauffeur a tenté de repartir sur l’officiel. »

Dans ce contexte, Olivia* décide de diffuser la vidéo sur son compte Twitter. Ce faisant, la jeune femme se dit qu’il est de son devoir de citoyenne de révéler cette scène particulièrement choquante.

Conséquences inattendues

La jeune femme n’imaginait pas que la séquence, déjà visionnée près de trois millions de fois, générerait cinq nuits d’émeutes.

« J’entends la colère des Français. S’il n’y avait pas eu la vidéo, que se serait-il passé ensuite ? » Olivia* se demande encore aujourd’hui.

Celle qui souhaite encore garder l’anonymat aujourd’hui explique avoir reçu d’innombrables messages dans les heures qui…

Lire la suite de l’article sur nouvelles-dujour.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi