fbpx

Cameroun Actuel

Un nouveau mouvement patronal en gestation au sein du Gicam

S’achemine-t-on vers une scission du Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam) ? Les derniers développements au sein de ce groupe patronal dévoilent en effet la gestation d’une nouvelle dynamique qui ne cache plus ses ambitions de « Refonder le patronat », Camerounais, en particulier, le Gicam.

« Notre pays traverse actuellement une période de profondes mutations, et nous sommes tous conscients des défis auxquels notre économie fait face actuellement. Dans le même temps, nous ne pouvons ignorer la crise actuelle qui affecte notre organisation, le Groupement interpatronal du Cameroun. En effet, je suis membre de cette organisation depuis de nombreuses années, et à mon triste regret, nous sommes tous responsables de la situation actuelle », indique Joël Sinkam, porte-parole du mouvement de cette vision refondatrice.

Directeur général de l’entreprise Fisco, et ancien Président du Comité de pilotage de la Commission de développement de la petite et moyenne entreprise du Gicam (Cdpme), l’opérateur économique évoque intrinsèquement la guerre fratricide à laquelle se livrent deux factions du Gicam autour du Traité de fusion entre ce mouvement patronal et E.Cam, un autre groupe patronal :

« Le projet qui sera soumis au vote des adhérents le 11 juillet prochain, a le potentiel pour transformer notre organisation et l’avenir économique de notre pays. Nous nous devons donc d’y prêter une attention toute particulière et d’avoir des avis éclairés sur les questions qu’il soulève. Cependant, ne s’agit-il pas en tout état de cause d’une ultime tentative de perpétuer un ordre ancien bâti autour d’affinités, postures et pratiques qui ont déjà montré leurs limites? », s’interroge Joël Sinkam.

Par ailleurs Co-Fondateur du Pajec, il ne fait plus mystère de son projet de conquérir le sommet du Gicam: « À travers notre Comité de soutien, nous sensibiliserons et rassemblerons l’ensemble des adhérents du Gicam, ainsi que tous les autres dirigeants d’entreprises Camerounais désireux de s’engager dans cette indispensable démarche de refondation (…). Nous sommes convaincu que cette démarche collective devra d’ailleurs conduire à l’élaboration prochaine d’une liste consensuelle de candidats capables de mener à bien durant un mandat unique, le chantier indispensable de la refondation de notre maison commune », justifie l’ancien Président de la Cdpme du Gicam .

Il est important de rappeler que le mandat de l’actuelle équipe du Gicam dirigée par Célestin Tawamba prend fin en décembre 2023, sans possibilité de se représenter, conformément aux statuts du Gicam. Toutefois, l’Assemblée générale extraordinaire convoquée le 11 juillet 2023, sera consacrée principalement à la présentation du traité de fusion Gicam-E.Cam, la présentation du rapport du commissaire à la fusion sur la régularité juridique du processus de fusion, la présentation du rapport du commissaire à la fusion sur les apports en nature de chaque organisation et avantages particuliers, l’adoption d’un chronogramme pour la mise en œuvre de la fusion etc.

Processus de fusion querellé par une partie des membres du Gicam qui pensent que l’actuel Président du Gicam envisage user du Traité de fusion comme strapontin pour une nouvelle candidature, après une procédure de fusion-création.

Joël Sinkam ne manque pas d’afficher sa détermination: « dans de telles circonstances, une nouvelle génération d’entrepreneurs, dont je suis le porte-parole, a décidé aujourd’hui de prendre ses responsabilités (…). En effet, nous, adhérents du Gicam, faisons nôtres les réflexions entamées par divers acteurs clés de l’opinion publique y compris au sein de la société civile et exprimons notre volonté de refonder le patronat Camerounais, en particulier le Gicam, et construire ensemble un avenir prospère pour le Cameroun « .

Plus précisément, l’équipe porteuse de ce nouveau mouvement dit s’inscrire dans la transparence, l’intégrité et la responsabilité. Elle s’engage également vers un idéal de justice sociale, de développement durable, d’innovation, d’investissements responsables, qui d’après Joël Sinkam, créeront « un environnement propice à la durabilité des entreprises ».

Eco Matin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi