fbpx

Cameroun Actuel

Un migrant camerounais amputé des pieds par des médecins algériens

Les migrants africains qui cherchent à atteindre l’Europe en passant par l’Algérie sont confrontés à des dangers extrêmes et à des traitements inhumains. Le cas choquant d’Alphonse Atibonkive, un migrant camerounais qui a été amputé des pieds par des médecins algériens, est un exemple de la violence et de la discrimination dont sont victimes les migrants en Algérie.

Atibonkive a déclaré que les médecins ont coupé ses pieds pour l’empêcher de migrer à travers leur pays vers l’Europe, où il cherchait un avenir meilleur. Les médecins lui ont dit qu’ils ne voulaient pas de Noirs à l’hôpital lorsqu’il est arrivé pour recevoir des soins. Ceci est survenu après que la police frontalière algérienne ait brutalisé et gravement blessé ses jambes.

Il a également été révélé que la police des frontières algérienne avait brutalisé et gravement blessé ses jambes, ce qui a conduit à l’amputation de ses pieds. Atibonkive a également signalé que la police frontalière avait battu et gravement blessé d’autres migrants camerounais. Vingt-cinq membres de son équipe de migration sont morts dans le bush où les gardes-frontières algériens les ont laissés, après les avoir repoussés de la Tunisie.

La vidéo publiée par Channel 4 News montre les pieds d’Alphonse bandés après leur amputation à la hauteur des chevilles. En outre, il présente des cicatrices étranges sur les cuisses, résultant, selon lui, d' »opérations inutiles » effectuées à l’hôpital El Menia. Cette situation est profondément troublante et soulève de sérieuses préoccupations quant au respect des droits de l’homme en Algérie.

Malheureusement, l’Algérie n’est pas le seul pays d’Afrique du Nord à maltraiter les migrants subsahariens. De nombreux migrants qui tentent de rejoindre l’Europe à travers la Libye, le Maroc, la Tunisie et l’Algérie sont confrontés à des conditions de voyage extrêmement difficiles, voire mortelles. Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 2 384 migrants sont décédés ou portés disparus en mer Méditerranée cette année.

Selon l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), l’Algérie a expulsé plus de 7 000 migrants d’Algérie de mars à avril de cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi