fbpx

Cameroun Actuel

Un enseignant abattu : la violence persistante dans les régions anglophones du Cameroun

La tragédie a frappé le village de Ntaba, situé dans la sous-division de Donga-Mantung de la région du Nord-Ouest du Cameroun, où un enseignant de mathématiques, Zemkwe Gabriel, a été abattu dans sa voiture le mardi 12 décembre 2023, selon les informations recueillies par MMI.

Les circonstances qui ont conduit les séparatistes à cibler M. Gabriel restent floues. Ces derniers, engagés depuis 2016 dans un combat pour un État indépendant appelé « Ambazonie » dans les régions anglophones du Cameroun, ont ciblé les écoles, les enseignants et les étudiants pour imposer des boycotts scolaires dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du pays.

Réagissant à la mort de Gabriel Tarlishi Oliver, la Délégation Départementale de l’Éducation Secondaire pour Donga Mantung a loué la contribution du défunt, le décrivant comme travailleur, charismatique et dévoué à son métier.

« Il a servi dans l’éducation secondaire pendant plus de 30 ans dans la Division de Donga Mantung. Il est décédé en service actif en tant que membre du personnel de la Délégation Départementale de l’Éducation Secondaire après avoir quitté le GHS Kuta en tant que directeur », a déclaré Tarlishi.

Tarlishi a ajouté que Gabriel était un mathématicien de « la plus haute qualité » qui avait enseigné dans un bon nombre de villes telles que Ndu, Tabenken, Kuta et Nkambe, parmi d’autres localités de la région en proie à des troubles.

Tandis que la communauté est plongée dans le choc et l’incrédulité, le corps de M. Gabriel a été transporté à la morgue de l’annexe de l’Hôpital Régional de Nkambe.

Cette tragique mort de M. Gabriel s’ajoute à la longue liste d’enseignants et de civils pris pour cible et tués quotidiennement par les séparatistes et les soldats dans le conflit en cours.

Le Centre pour les Droits de l’Homme et la Démocratie pour l’Afrique (CHRDA) a rapporté plusieurs meurtres d’enseignants par des séparatistes présumés en 2023 seulement. Cet incident souligne davantage une tendance inquiétante de violence ciblant le secteur de l’éducation dans les régions anglophones du Cameroun depuis le début de la crise en 2016.

Ce conflit prolongé non seulement continue de coûter des vies, mais il a également un impact dévastateur sur l’infrastructure éducative. Selon les rapports des ONG, plus de 700 000 enfants ont vu leur éducation perturbée en raison de cette crise en cours, aggravant ainsi la situation humanitaire déjà préoccupante dans la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi