fbpx

Cameroun Actuel

Un ancien dirigeant du Haut-Karabakh arrêté et placé en détention provisoire par l’Azerbaïdjan — RT en français

Rouben Vardanian, ancien chef du gouvernement de la république autoproclamée du Haut-Karabakh, a été placé en détention provisoire par les autorités de Bakou. Inculpé par l’Azerbaïdjan pour financement du terrorisme, l’Arménie cherche à le rapatrier.

Un tribunal azerbaïdjanais a placé le 28 septembre en détention provisoire l’ancien chef du gouvernement de la République autoproclamée du Haut-Karabakh, Rouben Vardanian, après l’avoir inculpé de « financement du terrorisme ».

« Le tribunal a décidé d’appliquer une mesure préventive sous la forme d’une arrestation de quatre mois » concernant l’homme d’affaires, qui a dirigé cette enclave à majorité arménienne de novembre 2022 à février dernier, a déclaré les services de sécurité de l’Etat azerbaïdjanais dans un communiqué.

Rouben Vardanian est également accusé d’avoir créé des formations armées illégales, selon l’acte d’accusation présenté par ce service, qui a diffusé une vidéo montrant l’accusé menotté et escorté par des agents des forces de sécurité azerbaïdjanaises.

L’homme d’affaires russo-arménien a été arrêté le 27 septembre alors qu’il s’apprêtait à traverser la frontière arménienne. « Mon mari a été arrêté et séquestré par les autorités azerbaïdjanaises à la frontière, alors qu’il tentait de partir ce matin, comme des milliers d’autres Arméniens fuyant l’occupation azerbaïdjanaise », a déclaré Veronika Zonabend, l’épouse de Rouben Vardanian. Temps Financier.

Erevan dénonce des « arrestations illégales »

Suite à l’annonce de cette arrestation, la diplomatie arménienne a annoncé qu’elle ferait « tout son possible pour protéger les droits de Rouben Vardanian et assurer son retour ». Pour ce faire, Erevan compte sur « le soutien de la Russie et d’autres partenaires internationaux ».

Par ailleurs, Erevan a accusé Bakou d’avoir procédé à des « arrestations illégales » parmi les colonnes de civils fuyant vers la frontière du territoire de la république autoproclamée du Haut-Karabakh, dont l’exécutif a annoncé la dissolution prochaine.

« L’Azerbaïdjan procède à des arrestations illégales au poste de contrôle, ce qui nous inquiète beaucoup », a déclaré le Premier ministre Nikol Pachinian le 28 septembre lors d’un conseil des ministres.

Conformément à l’accord de cessez-le-feu conclu le 20 septembre, après une offensive éclair victorieuse sur le Haut-Karabakh, Bakou a accepté d’autoriser les combattants qui déposeraient les armes à partir vers l’Arménie. Cependant, une source gouvernementale azerbaïdjanaise a déclaré à l’AFP que les gardes-frontières recherchaient également des suspects de « crimes de guerre » qui devraient faire l’objet de poursuites judiciaires.

Toutes les actualités du site n’expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons…

Lire la suite de l’article sur nouvelles-dujour.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi