fbpx

Cameroun Actuel

Un ancien diplomate américain affirme que la crise anglophone pouvait être évitée si le Cameroun avait imité le Canada

L’ancien sous-secrétaire d’État américain chargé des Affaires africaines, Tibor Nagy, a déclaré que la crise actuelle dans les régions anglophones aurait pu être évitée si le gouvernement avait tiré les leçons de la manière dont le Canada traite sa population minoritaire francophone.

Dans un article sur X, anciennement Twitter, Nagy a déploré l’échec du gouvernement camerounais à imiter l’approche canadienne en matière de droits des minorités.

Ses commentaires ont souligné les griefs profondément enracinés parmi les anglophones du Cameroun, qui déplorent depuis longtemps la marginalisation et la discrimination de la part du gouvernement dominé par les francophones.

« Le fait de venir au Canada pour voir comment la majorité anglophone à 80 % traite la minorité francophone avec dignité me fait pleurer les Ambazoniens du Cameroun », a-t-il tweeté lundi 15 avril.

« Si seulement le régime francophone du Cameroun traitait ses anglophones de la même manière, il n’y aurait pas de conflit en Ambazonie. Tragique! »

Le plaidoyer de Nagy en faveur du mouvement séparatiste d’Ambazonie n’est pas nouveau.

Après son départ du gouvernement américain en 2020, il est devenu un fervent partisan de l’Ambazonie, plaidant pour la création d’un État séparatiste.

Sa position a évolué au fil du temps, passant de la défense d’un Cameroun unifié à l’approbation de la sécession comme solution à la crise anglophone.

« Nous soutenons un Cameroun unifié parce que la dernière chose dont l’Afrique a besoin est un autre État mineur qui sera plein de pauvreté et de souffrance et qui aura besoin de milliards de dollars d’aide étrangère. Que se passe-t-il si vous divisez une partie du Cameroun ? Que se passe-t-il dans certaines régions du Nigeria ? Ce n’est pas du tout ce dont l’Afrique a besoin », a-t-il déclaré en 2020 alors qu’il travaillait encore pour le gouvernement américain.

Cependant, les positions changeantes de Nagy ont suscité un examen minutieux et des critiques.

Ses précédentes déclarations devant le Congrès américain soulignaient l’importance du dialogue, de la décentralisation et de l’unité dans la résolution du conflit, contrastant avec son plaidoyer ultérieur en faveur de la sécession.

« Je pense que la plupart des Camerounais du Sud-Ouest et du Nord-Ouest ont un sentiment de « Camerounaisité » et ils ne peuvent pas accepter de se séparer dans ce qu’ils appellent Ambazonie ; à mon avis, ce n’est pas réaliste », a-t-il déclaré au Congrès en répondant aux questions sur la question de savoir si les anglophones souhaitaient une séparation.

Cette réaction en 2019 a suscité de nombreuses réactions négatives de la part de la diaspora anglophone du Cameroun.

En 2021, alors qu’il n’est plus en position de pouvoir, son avis change.

Au lieu de prôner un véritable dialogue, il est devenu partisan de la sécession comme seul moyen de sortir de la situation difficile actuelle.

« Si les dirigeants du sud du Cameroun, leurs élites et le peuple veulent résoudre leur problème et retrouver leur pleine dignité, alors ils doivent se concentrer sur l’avenir au lieu d’inventer des arguments selon lesquels « il était une fois, cela s’est produit ». Il est donc de la responsabilité de la communauté internationale de créer d’un seul coup l’État d’Ambazonie et de nous le donner ». Ce serait bien, mais honnêtement, cela n’arrivera pas », a-t-il déclaré.

Nagy plaide pour que les Camerounais du Sud prennent leur destin en main.

Ce sont ces mêmes personnes qui, plus tôt, disaient qu’elles étaient en faveur de l’unité avec la majorité francophone.

Tibor Nagy était probablement déjà venu au Canada, mais sa récente visite lui a soudainement rappelé la manière dont le régime majoritairement francophone du Cameroun devrait traiter la minorité anglophone.

En effet, le Québec, qui comprend la minorité canadienne francophone, est traité avec dignité et égalité, contrairement au traitement perçu pour la minorité anglophone du Cameroun.

Les anglophones du Cameroun ont accusé le gouvernement de discrimination et de marginalisation systématiques depuis qu’ils ont retrouvé la majorité francophone en 1961.

Ce grief a déclenché une grève industrielle des avocats et des enseignants anglophones en 2016, à laquelle le général s’est ensuite joint.

Les grèves pacifiques dans les régions anglophones se sont heurtées à la brutalité du gouvernement, conduisant à une escalade sanglante en 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi