fbpx

Cameroun Actuel

Tunnel Morges-Perroy: les élus locaux veulent être informés

Quelque 120 personnes, dont une vingtaine de Roms, ont manifesté samedi après-midi au centre-ville de Lausanne pour s’opposer à la fermeture imminente de l’hébergement d’urgence de la rue de la Borde 47. Les milieux de défense des sans-abri exigent que ce site lausannois soit maintenu dans l’attente d’alternatives.

Sous la bannière « Plus une expulsion sans relogement », la manifestation était organisée par plusieurs partis de la gauche radicale, dont le POP et solidaritéS, le syndicat Sud (étudiant-e-s et précaires) et des organisations de défense des sans-abri. Leur objectif est « d’empêcher la Municipalité de mettre des familles entières à la rue », selon leurs revendications. Ils demandent la « pérennisation d’un projet d’hébergement alternatif ».

Avec une vingtaine de Roms en tête, dont plusieurs enfants, le cortège a défilé dans les rues lausannoises en milieu d’après-midi. Sur deux grandes banderoles, on pouvait lire « Pas d’expulsion sans solution » et « Aidez-nous à rester au chaud avec nos enfants ».

Bâtiment vétuste et insécure

Le vieil immeuble de la Borde 47 abrite actuellement quelque 80 personnes issues de plusieurs familles roms, dont une soixantaine accueillie depuis l’été passé en provenance d’autres hébergements d’urgence du dispositif lausannois et une vingtaine arrivée à Lausanne cet automne. « Celles-ci représentent la grande majorité des situations de familles sans-abri à Lausanne qui sollicitent les hébergements d’urgence », rappelle la Ville de Lausanne.

Elles devront quitter les lieux au début du mois de mars en raison de la vétusté, de l’insalubrité et de l’insécurité du bâtiment et de ses logements, qui seront démolis par son propriétaire privé, la Société coopérative d’habitation Lausanne (SCHL), expliquent les autorités lausannoises. La date était connue et communiquée dès le début de l’accueil de ces personnes. La Municipalité réfute ainsi le terme « d’expulsion ».

La municipale en charge du dossier Emilie Moeschler assure que les situations sont en train d’être évaluées par la Ville et ses partenaires. « S’ils ne peuvent pas être accueillis dans le dispositif d’aide sociale au logement ou les hébergements d’urgence de transition à Renens, les femmes et les enfants sont prioritaires dans le dispositif d’hébergement d’urgence », a-t-elle indiqué à Keystone-ATS.

Nouveau lieu ouvert à Tivoli

La Ville annonce aussi qu’un nouveau lieu ouvrira…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi