fbpx

Cameroun Actuel

Trump peut être tenu responsable au civil pour l’assaut du Capitole

Nick Kyrgios a exprimé sa gratitude envers Andy Murray pour avoir repéré les signes d’autodestruction dont il souffrait dans une période « sombre » de sa vie de star du tennis.

Une période marquée par une « dépendance à la douleur », a-t-il dit dans une interview diffusée vendredi.

« Andy a toujours été d’un grand soutien pour moi », a déclaré l’ex-13e joueur mondial dans l’émission TalkTV animée par l’animateur britannique Piers Morgan.

« Dès que je suis arrivé sur le circuit, il a vu mon potentiel et m’a pris sous son aile. Plus tard dans ma carrière, il s’est rendu compte que je pensais ne pas être +entraînable+ ou que j’étais isolé, mais il a toujours été là pour veiller sur moi », a expliqué l’Australien aujourd’hui âgé de 28 ans.

Kyrgios, qui n’a disputé qu’un seul match en 2023, s’est déjà confié sur les problèmes de santé mentale dont il a souffert ces dernières années et a révélé dans un documentaire diffusé sur Netflix qu’il avait séjourné dans un hôpital psychiatrique après une défaite à Wimbledon en 2019.

A Piers Morgan, il a raconté que Murray avait repéré ses scarifications. « Il les a vues et m’a dit: +Qu’est-ce que tu as sur le bras ?+ C’était assez grave à ce moment-là. Je me retrouvais dans les vestiaires et les gens pouvaient voir mes automutilations (…) Ils devaient se dire +Wow, ce gars est en pleine tempête mentale et il essaie quand même de jouer+ ».

« Andy essayait manifestement de me donner des conseils. Mais j’étais tellement coincé dans mes habitudes à l’époque que je n’ai pas écouté. Je lui suis évidemment très reconnaissant, je le remercie beaucoup », a ajouté Kyrgios.

« Assez glauque »

L’année dernière, la mère du joueur australien avait déclaré que Murray avait repéré les signes d’automutilation de son fils avant elle.

Au cours de l’interview, Kyrgios, qui n’est plus classé à l’ATP, est revenu sur l’ampleur des automutilations qu’il s’infligeait, même lorsqu’il remportait des succès sur le circuit ATP.

« J’ai passé un an et demi ou deux à me faire du mal. C’était assez glauque… J’ai gagné des tournois sur le circuit professionnel en buvant tous les soirs, en m’automutilant, en me brûlant le bras, en me coupant pour le plaisir. C’était devenu une addiction à la douleur. Je me détestais. Je détestais me réveiller et être Nick Kyrgios », s’est-il souvenu.

Depuis qu’il a révélé publiquement ses problèmes de santé…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi