fbpx

Cameroun Actuel

Trump en campagne dans l’Iowa, trois ans après l’assaut du Capitole

Le Bangladesh vote dimanche pour des législatives assurées d’offrir à la première ministre Sheikh Hasina un cinquième mandat, après un boycott des partis d’opposition décimés par une vague massive d’arrestations.

Sous la direction du parti de Mme Hasina, la Ligue Awami, le huitième pays le plus peuplé du monde, autrefois en proie à une extrême pauvreté, a connu une croissance accélérée. Mais le gouvernement a également été accusé de violations des droits humains systématiques et d’une répression impitoyable de l’opposition.

La Ligue Amawi n’a pratiquement pas d’adversaires dans les circonscriptions qu’elle brigue. Mais elle a omis de présenter des candidats dans quelques-unes d’entre elles, dans le but apparent d’éviter que le Parlement monocaméral ne soit considéré comme l’instrument d’un parti unique.

Certains électeurs affirment avoir été menacés de confiscation de leurs cartes d’allocations gouvernementales, nécessaires pour obtenir des prestations sociales, s’ils refusaient de voter pour la Ligue Awami. « Ils ont dit que puisque le gouvernement nous nourrit, nous devons voter pour lui », a déclaré à l’AFP une électrice de 64 ans.

Vague d’arrestations

Le Parti nationaliste du Bangladesh (BNP), principale force d’opposition, et d’autres partis ont organisé l’an dernier des manifestations afin d’exiger la démission de la première ministre et promouvoir un gouvernement intérimaire neutre pour superviser les élections, sans succès.

Quelque 25’000 cadres de l’opposition, dont l’ensemble des dirigeants locaux du BNP, ont été arrêtés dans une vague de répression qui a suivi, selon le parti. Le gouvernement a pour sa part fait état de 11’000 arrestations.

Quelques centaines de partisans de l’opposition ont défilé dans le centre de Dhaka vendredi, loin des centaines de milliers de personnes qui avaient participé aux rassemblements l’année dernière.

170 millions d’habitants

La scène politique du pays de 170 millions d’habitants a longtemps été dominée par la rivalité entre Sheikh Hasina, la fille du fondateur du pays, et Khaleda Zia, première ministre à deux reprises et épouse d’un ex-dirigeant militaire.

Mme Hasina, 76 ans, domine depuis son retour au pouvoir en 2009, et a renforcé sa mainmise après deux élections entachées d’irrégularités et d’accusations de fraude.

Condamnée pour corruption en 2018, Khaleda Zia, 78 ans, est quant à elle détenue dans un…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi