fbpx

Cameroun Actuel

Tensions à la BEAC : Le Gouverneur sortant Abbas Mahamat Tolli met en garde le nouveau gouverneur 

La Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) traverse une période tumultueuse, marquée par des tensions internes et une atmosphère de défiance, mettant en lumière des divergences au sein de l’institution financière régionale. La récente déclaration du gouverneur sortant, Abbas Mahamat Tolli, lors de la Conférence des chefs d’État du 9 février 2024, a souligné les défis auxquels la BEAC est confrontée.

Abbas Mahamat Tolli a exprimé ses préoccupations quant au manque de respect hiérarchique, aux dépassements de compétences, à l’insubordination et aux violations répétées des règles en vigueur, particulièrement de la part de responsables de haut niveau. Ces problèmes ont créé un climat de tension au sein de l’institution financière, avec des conséquences potentielles sur son bon fonctionnement.

La tension a atteint un sommet récemment avec la déclaration du directeur général du Contrôle général, Blaise Nsom, mettant fin aux fonctions du gouverneur, une décision qui a suscité des débats sur la légalité de telles actions. Les conflits internes ont incité Abbas Mahamat Tolli à faire des suggestions importantes pour l’avenir de la BEAC.

Le gouverneur sortant a suggéré que son successeur dispose de tous les outils nécessaires pour diriger l’institution de manière sereine. Il a souligné l’importance de permettre au nouveau gouverneur de présider le Conseil d’administration, une pratique courante dans d’autres banques centrales. Cette recommandation vise à éviter que les pouvoirs du gouverneur ne soient dilués dans une notion vague de collégialité, source des problèmes actuels.

Les suggestions d’Abbas Mahamat Tolli sont alignées sur les pratiques observées dans d’autres instituts d’émission, où les gouverneurs jouent un rôle renforcé en présidant le conseil d’administration. Cette mesure est considérée comme essentielle pour permettre au gouverneur d’exercer pleinement ses responsabilités exécutives.

La Conférence des chefs d’État de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) a pris note de la situation difficile au sein de la BEAC et a mandaté le président Faustin Archange Touadera pour prendre des initiatives en vue d’un retour à la sérénité. Cette décision souligne l’importance accordée à la stabilité de l’institution financière régionale.

Dans l’attente des développements futurs, la BEAC fait face à un défi crucial pour restaurer la confiance interne et maintenir son rôle essentiel dans la gestion économique de la région. Les prochaines actions des autorités de la CEMAC seront déterminantes pour l’avenir de la Banque des États de l’Afrique centrale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi