fbpx

Cameroun Actuel

Suspension de la participation du Gabon à la CEEAC : la transition gabonaise en question

La 5e session extraordinaire du Conseil de paix et de sécurité de l’Afrique centrale (Copax), qui s’est tenue le 15 décembre 2023 à Djibloho, en République de Guinée-Équatoriale, a abouti à une décision concernant la participation du Gabon au sein de la Communauté des États de l’Afrique centrale (CEEAC).

Malgré les efforts déployés par le président de la Transition au Gabon, le Général Brice Clotaire Oligui Nguema, pour réintégrer la CEEAC, la Conférence des chefs d’État et de gouvernement a annoncé maintenir la suspension de la participation du Gabon aux activités de la Communauté jusqu’au retour à l’ordre constitutionnel.

Cette suspension, initiée depuis le 4 septembre suite à l’investiture du nouveau président gabonais, a été reconduite malgré les tentatives du Général d’armée de renouer avec les dirigeants de la CEMAC et de plaider sa cause, notamment lors de sa visite au président Paul Biya au Cameroun le 6 décembre.

Cependant, une lueur d’espoir pour le Gabon est perceptible puisque le siège de la CEEAC, actuellement à Libreville, ne sera pas délocalisé à Malabo, en Guinée-Équatoriale, pour le moment. Cette décision, suspendue jusqu’à nouvel ordre, reflète l’évolution positive de la situation politique et sécuritaire au Gabon.

Le président de la Transition a exprimé sa satisfaction quant à cette décision, soulignant sur son compte Twitter, devenu X, que cela témoigne de l’engagement du Gabon envers une transition pacifique et démocratique.

Parallèlement à cette décision, la Conférence a mis en place un mécanisme de financement spécifique pour soutenir la transition politique au Gabon, appelant les États membres à contribuer à ce fonds en signe de solidarité envers le pays.

Le défi majeur à venir pour le peuple gabonais et ses voisins d’Afrique centrale reste la tenue d’élections pacifiques en 2025, un objectif annoncé par le gouvernement de Transition, marquant ainsi une étape cruciale pour la stabilité et la démocratie dans la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi