fbpx

Cameroun Actuel

Sommet de la Cédéao à Abuja : le Niger et les sanctions au cœur des débats

Sommet de la Cédéao à Abuja

Le sommet de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) débute à Abuja, avec en tête des discussions les transitions en cours dans plusieurs pays membres, notamment le Niger et les sanctions imposées. Outre ces sujets, des enjeux économiques majeurs seront également abordés lors de cette réunion.

L’ordre du jour de ce sommet rassemble les chefs d’État et de gouvernement de la Cédéao pour discuter des transitions politiques au Mali, au Burkina Faso et en Guinée, dont les trois pays membres sont actuellement suspendus de l’organe. Toutefois, le Niger occupe une place centrale dans les débats, avec la situation du président renversé Mohamed Bazoum et les sanctions en vigueur.

Des propositions de sortie de crise ont été présentées par les militaires de Niamey, transmises par le général Abdourahamane Tiani au président togolais Faure Gnassingbé. Ces propositions comprennent des aspects cruciaux tels que la durée de la transition, le sort de Mohamed Bazoum et la levée des sanctions économiques pesant sur le Niger.

Pendant ce temps, à Abuja, le premier ministre du président nigérien renversé, Ouhoumoudou Mahamadou, devrait être présent au sommet. Cette représentation témoigne des enjeux politiques et diplomatiques entourant la situation au Niger.

Par ailleurs, un autre sujet brûlant préoccupe les organisations non gouvernementales intervenant au Niger. Elles ont exprimé leurs inquiétudes quant aux sanctions qui entravent considérablement l’aide humanitaire dans le pays. Ces sanctions affectent la distribution des secours, impactant directement la vie de millions de personnes ayant un besoin urgent d’assistance.

Un groupe d’ONG, incluant Action contre la faim et Oxfam, a demandé une exemption humanitaire des sanctions régionales pour garantir la distribution de l’aide vitale. Mohammed Chikhaoui, représentant des ONG internationales au Niger, souligne les difficultés rencontrées pour acheminer les produits nécessaires à l’aide humanitaire en raison du blocage des frontières et du manque de mesures concrètes pour garantir le passage de l’aide vitale.

Ce sommet de la Cédéao s’avère donc crucial, non seulement pour aborder les transitions politiques en cours, mais aussi pour résoudre la situation délicate du Niger et garantir une assistance humanitaire vitale à ceux qui en ont désespérément besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi