fbpx

Cameroun Actuel

Sécurisation des fêtes de fin d’année : l’armée se prépare

Sur très hautes instructions du chef de l’Etat, chef des Forces armées, les travaux de la réunion spéciale d’évaluation sécuritaire du pays, ont été présidés le 13 novembre 2023 à Yaoundé, par le ministre délégué à la présidence en charge de la Défense, Joseph Beti Assomo.

La tenue d’une réunion spéciale d’évaluation sécuritaire, sur très hautes instructions du chef de l’Etat, chef des Forces armées, est devenue une tradition depuis des années, pendant les périodes festives ou de rentrée scolaire. Présidée par le ministre délégué à la présidence de la République en charge de la DéfenFêse (Mindef), avec généralement à ses côtés, le général de corps d’armée, chef d’état-major des armées, René Claude Meka, les deux secrétaires d’Etat chargés respectivement de la Gendarmerie nationale, Galax Etoga et des anciens combattants et victimes de guerre, Koumpa Issa, le délégué général à la Sûreté nationale, Martin Mbarga Nguélé, des chefs d’Etats-Majors centraux, des commandants territoriaux des Armées et de la Gendarmerie nationale, ainsi que des invités spéciaux, cette réunion spéciale vise à évaluer la situation sécuritaire du pays dans sa globalité.

Cette année encore, la sécurité dans la partie septentrionale du Cameroun reste toujours préoccupante. En effet, du côté de l’Extrême-Nord, des terroristes de la secte islamique Boko Haram, en quête de pitance, font de temps en temps parler d’eux, à travers des incursions. En face, les actions offensives concertées des Forces armées, appuyées par les autorités administratives, en synergie parfaite avec les populations locales, et en collaboration avec la Force multinationale mixte de la Commission du bassin du Lac Tchad (Cblt) et les Armées nationales des pays membres, continuent de montrer toute leur efficacité. Toutefois, plusieurs indicateurs sécuritaires objectifs invitent à la prudence et à une vigilance plus accrue. L’on a, en outre, signalé la prégnance des problématiques de transhumance armée interétatique et d’insécurité transfrontalière le long de la frontière avec l’Etat voisin du Tchad. « C’est dans ce cadre que, sur très hautes instructions du chef de l’Etat, chef des Forces armées, j’ai reçu les 02 et 03 octobre 2023, une délégation de la République du Tchad conduite par monsieur le ministre des Armées, des Anciens combattants et victimes de guerre, pour une concertation bilatérale à Yaoundé relative aux questions de sécurité transfrontalières communes » a relevé le Mindef, dans son discours introductif.

Quant aux Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les groupes terroristes, privilégient depuis un certain temps une violence gratuite contre les populations civiles de céans par la destruction de leurs biens et des enlèvements. Ces hors-la-loi profitent de toutes occasions de festivités ou de zones lacunaires pour mener des exactions perfides contre les populations civiles qui s’opposent à leurs actions criminelles. La dernière en date remonte au lundi 06 novembre 2023 dans la localité « Egbekaw », arrondissement de Mamfé, département de la Manyu, Région du Sud-Ouest, où un groupe terroriste a incendié plusieurs habitations civiles faisant ainsi de nombreuses victimes. Le Mindef a saisi l’occasion pour inviter les participants à la réunion spéciale d’évaluation à observer ensemble une minute de silence en mémoire de tous ces compatriotes, militaires comme civiles décédés du fait de ces atrocités. A la frontière Est du Cameroun, les groupes rebelles des pays voisins ne vont pas baisser les bras, ce qui appelle à une extrême vigilance des dispositifs des Forces de défense et de sécurité, à cette zone afin d’éviter des incursions sur le territoire camerounais. A la frontière Sud du pays, et sur le plan d’eau, la situation est relativement calme et bien maitrisée. Les menaces maritimes, quant à elles, sont contenues grâce aux actions coordonnées des forces de défense et de sécurité camerounaise, ainsi qu’au dispositif de coopération avec les marines du Nigéria, de la Guinée Equatoriale, de Sao-Tomé et Principe, du Gabon et du Congo Brazzaville, a fait savoir l’ancien gouverneur du Littoral. Mécontentement des populations Joseph Beti Assomo ne s’est pas seulement contenté de ce tableau très flatteur des Forces de défense et de sécurité. Le membre du gouvernement s’est également attardé sur les causes qui sont à l’origine d’autres foyers de tension. En effet, dans les grandes métropoles camerounaises, l’on constate le mécontentement d’une frange de la population des villes de Yaoundé et de Douala, qui ne cesse d’extérioriser leurs préoccupations face à des voiries urbaines dans certaines portions, le ramassage laborieux des ordures ménagères, le délestage de l’énergie électrique, etc… Face à cela, le Mindef appelle à plus de suivi.

La sécurité du pays, avant, pendant et après les fêtes, concerne l’ensemble du territoire national. Les Forces de défense doivent être en alerte et mettre tout en œuvre pour éviter l’apparition de toute éventuelle source supplémentaire d’insécurité, endogène et exogène, dans le pays, a instruit le Mindef aux responsables militaires présents aux travaux. Monsieur Beti Assomo a en outre recommandé que l’accent soit mis sur les actions de prévention contre la criminalité routière, le suivie étroit des poches de mécontentement sociales, le contrôle des mouvements des personnes et des biens, la pro activité dans toutes prises en compte des remous sociaux, l’anticipation dans la gestion des catastrophes d’origine humaine et naturelle, la lutte acharnée contre la violence urbaine et rurale. Soulignons qu’après cette phase protocolaire d’ouverture, les échanges entre participants se sont poursuivis à huis clos, afin de permettre aux chefs opérationnels de passer au peigne fin la situation sécuritaire exacte du pays en ce moment. Chacun a présenté une communication sur la situation dans sa sphère de responsabilité. Et à l’issue de ces travaux, des résolutions, recommandations et instructions seront données pour une poursuite heureuse et plus efficace de l’action des Forces de défense et de sécurité aux quatre coins du pays, pour un encadrement efficient des fêtes de Noël 2023 et de Nouvel An 2024. Bon à savoir, le compte rendu de ce conclave sera adressé à qui de droit, sans publicité aucune, la primeur de la quintessence des assises lui étant réservée. Au final, la réunion spéciale d’évaluation sécuritaire de lundi dernier aura donné le ton des fêtes de Noël 2023 et de Nouvel An 2024, qui se veulent sereines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi