fbpx

Cameroun Actuel

Scandale à Baham : un gendarme chef de gang de braqueurs démasqué

Ville de Baham

Un récent événement à Baham a mis en lumière les liens troublants entre la grande criminalité et les forces de l’ordre. Un gendarme, identifié comme le lieutenant WANG ABDEL AZIZ, a été capturé alors qu’il était à la tête d’un gang de braqueurs. Plus choquant encore, il fournissait à ce gang son arme de service et des munitions pour leurs opérations criminelles, contribuant ainsi à semer la terreur dans plusieurs localités, notamment Mbouda, Foumbot, Bafoussam et Bangangté.

Ce gang, spécialisé dans les hold-ups, opérait avec une fourniture d’équipement fournie par le gendarme lui-même. Il n’hésitait même pas parfois à participer activement aux braquages, jugeant apparemment que le travail n’était pas bien fait sans sa présence.

La récente capture des malfrats par les autorités locales, le cocom de Baham et le CB de Bangou, a mis en lumière l’identité des membres de ce gang de criminels, parmi lesquels figurent des individus ayant déjà des antécédents judiciaires tels que Nzali Yanninck, Fogem Hugues, Kanou Nganou, Njoya Ibrahim, tous des repris de justice.

La réaction immédiate des forces de l’ordre a été sans équivoque : le gendarme chef de gang a été immédiatement désarmé, déshabillé, et placé en détention dans une cellule du GGT de Bafoussam. Il attend désormais son transfert vers le centre pénitentiaire de la même ville, signant la fin de son statut privilégié pour rejoindre le monde carcéral.

Cette affaire a soulevé des questions cruciales sur la fiabilité et l’intégrité au sein des forces de l’ordre, mettant en lumière le grave problème de l’implication de certains agents de sécurité dans des activités criminelles. Elle souligne également l’importance vitale de la surveillance interne et des contrôles pour prévenir de tels abus et maintenir la confiance du public dans les institutions chargées de faire respecter la loi.

Ce scandale fait écho à une réalité préoccupante où la confiance envers les autorités est mise à mal par des actes illégaux commis par ceux-là même chargés de protéger la population. Il soulève également des questions sur les mécanismes de recrutement et de suivi au sein des forces de sécurité, exigeant une révision approfondie pour prévenir de tels incidents à l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi