fbpx

Cameroun Actuel

Saisie de riz et fermeture de magasins à Yaoundé : le gouvernement veille au respect des prix

La Délégation Régionale du Commerce du Centre a pris des mesures draconiennes à Yaoundé en saisissant quelque 500 sacs de riz et en fermant plusieurs magasins pour avoir augmenté le prix de ce produit essentiel.

Ces actions visaient à assurer que les commerçants respectent les nouveaux prix fixés pour le riz par le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana.

Suite à des négociations avec les importateurs, le ministre Atangana a récemment établi de nouveaux prix pour le riz vendu dans le pays. Pour garantir l’application de ces mesures, une brigade régionale de fraude et de répression a été mise en place pour surveiller les commerçants pratiquant des prix excessifs.

« L’objectif est de garantir l’application des nouveaux prix du riz, fruit d’âpres négociations avec les opérateurs du secteur, et l’arrivée sur le marché des premières cargaisons issues du quota spécial de 190 000 tonnes négocié avec le gouvernement indien », a déclaré le ministère.

Malgré les nouveaux prix mis en place le 11 avril 2024, certains commerçants ont tenté de les contourner en invoquant la nécessité d’écouler leurs anciens stocks. Cependant, le ministère du Commerce est déterminé à faire respecter la réglementation.

Au cours d’une récente opération sur les marchés de Yaoundé, la délégation régionale a saisi plus de 500 sacs de riz et fermé plusieurs magasins, envoyant ainsi un message clair aux contrevenants.

Selon Alain Romuald Nama, délégué régional du commerce du Centre, cette saisie démontre l’engagement des équipes de contrôle à faire respecter les prix officiels.

Le ministre Atangana a promis de poursuivre la répression contre les entreprises ne respectant pas les nouveaux prix et a encouragé les citoyens à signaler toute manipulation de prix en appelant le 1502.

Dans le but de stabiliser les prix du riz, le Cameroun a négocié l’importation de 190 000 tonnes de riz avec le gouvernement indien. Malgré ces mesures, certains commerçants persistent à exploiter les consommateurs en vendant leurs vieux stocks à des prix gonflés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi