fbpx

Cameroun Actuel

Robert Kona du PCRN rencontre des membres du RDPC à Garoua : un rapprochement controversé

ROBERT KONA

Le fondateur du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN), Robert Kona, a suscité la controverse en organisant une rencontre avec des membres du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) à Garoua le week-end dernier.

Robert Kona, ancien président et membre fondateur du PCRN, est soupçonné de collusion avec des membres influents du RDPC. Lors de cette réunion qui s’est tenue samedi dernier à Garoua, dans la région du Nord, Robert Kona, revendiquant la présidence du PCRN, a rassemblé plusieurs membres du parti au pouvoir.

Des images de l’événement montrent le politicien aux côtés de l’homme d’affaires Mohammadou Bayero Fadil, ainsi qu’à côté de banderoles et d’effigies du président Paul Biya. La rencontre aurait notamment porté sur la préparation du congrès du PCRN, faction Kona, prévu en mai prochain.

Cette initiative de Robert Kona n’a pas manqué de susciter des réactions, notamment de la part du président Cabral Libii et de ses partisans. Ces derniers ont tenté de démontrer que cette rencontre confirme les manœuvres du système visant à écarter Libii de la présidentielle de 2025.

Le rapprochement de Robert Kona avec le RDPC a attristé Cabral Libii, qui a déclaré : « Sans doute c’est parce qu’il a été définitivement exclu du PCRN à la demande des deux autres pères fondateurs du parti, exaspérés par ses indélicatesses, qu’il rejoint notre principal adversaire politique ».

De son côté, la faction Robert Kona du PCRN soutient que le parti reste un adversaire politique du RDPC. Cependant, cela n’empêche pas les membres de participer à des événements ou des cérémonies organisés par le parti au pouvoir. Selon eux, le PCRN étant un parti de conciliateurs, il n’y a aucun problème à établir des contacts avec les militants du RDPC.

Ils estiment que la visite de courtoisie rendue aux populations du Nord et à l’homme d’affaires militant du RDPC s’inscrit dans cette logique. Avant la tenue du congrès annoncé en mai prochain à Maroua, Robert Kona, en attendant l’autorisation, pourrait initier d’autres rencontres de ce type.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi