fbpx

Cameroun Actuel

Retard dans le démarrage du projet de réhabilitation de la route Edéa-Kribi malgré les financements de la BAD

route Edéa-Kribi

Le projet de réhabilitation de la route Edéa-Kribi, financé par la Banque africaine de développement (BAD), semble connaître des retards substantiels, malgré l’obtention d’un certificat de conformité environnementale en 2020. Le ministre des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi, a évoqué des ajustements nécessaires avant le lancement effectif des travaux.

Le certificat de conformité environnementale a été délivré en 2020, ouvrant la voie à la réhabilitation du tronçon routier de 110 km sur la Nationale N°7, crucial pour désenclaver la zone industrielle et portuaire de Kribi (Par-Zik) dans la région du Sud. Cependant, cinq ans après, le projet semble piétiner, suscitant des interrogations sur les raisons de ce retard.

Le Programme d’investissement prioritaire (PIP) pour l’année 2024, publié par le ministère de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire, prévoit le début du projet en 2023 avec une échéance en 2027 et un coût prévisionnel de 102 milliards de Fcfa. Cependant, le rapport final de l’étude d’impact environnemental et social (Eies) réalisée deux ans plus tôt par le Mintp indique une durée des travaux de 02 ans pour un montant de 99 milliards de Fcfa.

Interrogé sur les raisons du retard, le ministre des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi, a déclaré lors d’une interview le 18 février 2024, qu’ils attendaient la signature de la convention de financement de la BAD. Il a souligné que les accompagnements financiers extérieurs peuvent parfois être longs en raison des prescriptions des partenaires financiers et techniques.

Il est important de noter que le financement n’est pas le seul obstacle à surmonter avant le début du chantier. L’entreprise adjudicataire doit également être officiellement désignée. Cependant, des actions d’urgence ont été entreprises en 2022, avec l’attribution de travaux d’entretien routier à l’entreprise française Razel pour un montant de 1,949 milliard de Fcfa, et en novembre 2023, un déblocage de 83 millions de Fcfa pour des tâches d’urgence sur la route.

Dans le cadre du Parzik, le Cameroun bénéficie d’un financement substantiel de la BAD à hauteur de 219 milliards de Fcfa. Le projet prévoit le renforcement de 107 kilomètres de chaussée existante, la construction d’un échangeur au niveau du raccordement avec l’autoroute Lolabé-Kribi-Edéa, et d’autres améliorations. La réhabilitation de cette route est essentielle pour dynamiser le trafic vers la cité balnéaire de Kribi, qui abrite le Port autonome de Kribi (PAK).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi