fbpx

Cameroun Actuel

Rétablissement des centrales énergétiques au Cameroun : Globeleq prend des mesures exceptionnelles

Depuis le 20 décembre 2023, les centrales énergétiques stratégiques du Cameroun, notamment les centrales à gaz de Kribi et à fuel lourd de Dibamba, sont de nouveau opérationnelles. Globeleq, la société britannique qui détient la majorité de ces installations (56%), a pris cette décision « exceptionnelle » pour répondre à l’urgence énergétique que connaissent actuellement six des 10 régions du pays, dont Yaoundé et Douala, confrontées à des coupures d’électricité fréquentes et prolongées.

Cette réactivation des centrales fait suite aux engagements pris par le gouvernement pour réduire la dette d’Eneo, la société de distribution d’électricité au Cameroun, envers Globeleq. Cette dette, s’élevant à 107,7 milliards de FCFA fin novembre 2023 et prévue à 115 milliards de FCFA fin décembre, a incité Globeleq à agir. Le gouvernement s’est engagé à verser environ 30 milliards de FCFA d’ici le 27 décembre pour alléger partiellement cette dette, permettant à Eneo, contrôlée majoritairement par le fonds d’investissement britannique Actis, de régler une partie de ses arriérés envers Globeleq.

Cependant, cette opération est le résultat d’une série de négociations et de tensions entre les parties impliquées. Eneo justifie son incapacité à honorer ses engagements envers Globeleq par les montants dus par le secteur public, mettant en avant des créances importantes dues par l’État et d’autres entités publiques.

L’État, de son côté, conteste ces chiffres avancés par Eneo. Alors que la dette totale du secteur public envers Eneo était évaluée à 234,5 milliards de FCFA fin septembre 2023, l’État campe sur sa position, affirmant ne rien devoir directement à Eneo, mais envisage de payer environ 30 milliards de FCFA d’ici fin décembre en se substituant à certaines entités publiques débitrices envers Eneo.

Cette situation met en lumière les tensions persistantes entre les acteurs du secteur énergétique au Cameroun, alors que le rétablissement des centrales énergétiques par Globeleq s’avère être une réponse temporaire à une crise énergétique récurrente. Les prochaines étapes et les solutions à long terme restent à définir dans un contexte où les revendications et les enjeux financiers se superposent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi