fbpx

Cameroun Actuel

Répit judiciaire à Trump dans son procès à New York pour fraudes

Les créations d’emplois ont rebondi de façon inattendue en septembre aux Etats-Unis, brouillant les pistes quant au retour à un équilibre entre le nombre de travailleurs disponibles et les emplois vacants, après plus deux ans de pénurie de main d’oeuvre.

En septembre, 336.000 postes ont été créés, deux fois plus qu’attendu, a annoncé vendredi le département du Travail. Le chômage, lui, reste stable, à 3,8%

Les secteurs des loisirs et de l’hôtellerie, de la santé, des services techniques, professionnels et scientifiques, de l’aide sociale, ont principalement embauché, de même que le secteur public – enseignement et administrations locales -, précise le département du Travail.

Les chiffres de juillet et août ont par ailleurs été révisés en hausse, respectivement à 236.000 et 227.000 créations d’emplois. Au total sur ces deux mois, ce sont 119.000 emplois de plus qu’initialement annoncé qui ont été créés.

Ces chiffres « signalent une solide dynamique positive de la croissance de l’emploi », souligne Rubeela Farooqi, économiste pour HFE.

Elle nuance cependant, soulignant que « les salaires ont décéléré et le taux de chômage est resté stable à son plus haut niveau depuis février 2022 », ce qui pourrait signaler que la situation continue de se rééquilibrer.

Ralentissement attendu

Les Etats-Unis connaissent une importante pénurie de main d’oeuvre depuis deux ans, qui a fait flamber les salaires, contribuant à l’inflation. Mais en août, un afflux de nouveaux travailleurs avait fait grimper le taux de chômage à 3,8%, son plus haut niveau depuis février 2022, ce qui tendait à montrer que la situation pourrait commencer à se rééquilibrer.

Les analystes, ainsi, s’attendaient à un ralentissement en septembre, et tablaient sur 158.000 créations d’emplois, et une légère baisse du chômage, à 3,7%, selon le consensus de Briefing.com.

D’autant plus que les chiffres du seul secteur privé, publiés mercredi, avaient montré des créations d’emplois diminuées de moitié par rapport à août , à 89.000, selon l’enquête mensuelle ADP/Stanford Lab.

Il s’agit du plus faible rythme de croissance observé depuis janvier 2021 et il marque une « accentuation du ralentissement », qui s’accompagne d’un « déclin marqué du rythme de croissance des salaires sur les douze derniers mois », avait commenté la cheffe économiste d’ADP, Nela Richardson.

Pénurie de main d’oeuvre

Les signaux ne vont…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi