fbpx

Cameroun Actuel

Rentrée scolaire : le village de Fotchouli risque une année scolaire blanche

Le village de Fotchouli, situé dans l’arrondissement de Dschang au Cameroun, fait face à de nombreux défis en matière d’éducation. Alors que la rentrée scolaire approche, l’école primaire publique Fotchouli se trouve dans un état préoccupant. Les salles de classe manquent de plafonds, de fenêtres et de bancs, et certaines sont même encore décorées de maïs transformé en plafond. La situation est telle que l’on se demande si les élèves trouveront des bancs cassés ou du bois de chauffage à l’intérieur des salles.

Le chef du village, SM Mathias Temfack, exprime son inquiétude face à ces conditions déplorables. Il déclare que l’école n’a pas encore bénéficié du soutien de l’État, à l’exception de son autorisation de création. Cette situation met en péril la possibilité d’une année scolaire normale pour de nombreux enfants de Fotchouli.

De plus, l’école maternelle du village fonctionne actuellement dans une maison privée, mais il est incertain qu’elle puisse rouvrir cette année en raison du départ à la retraite du propriétaire de la maison. Les enfants risquent donc de se retrouver sans établissement scolaire adéquat.

Outre ces problèmes, le village de Fotchouli souffre également d’un manque d’infrastructures de transport. Les routes sont difficiles d’accès et il n’y a pas de pont solide pour permettre aux enfants de se rendre à l’école en toute sécurité. Les apprenants devront traverser des troncs d’arbres pour se rendre à l’école, comme ils l’ont fait les années précédentes.

Face à cette situation, il est crucial que les autorités compétentes prennent des mesures pour remédier à ces problèmes. L’éducation est le fondement du développement d’une société et chaque enfant mérite d’avoir accès à des infrastructures scolaires adéquates. Il est essentiel que des investissements soient réalisés pour améliorer les conditions d’apprentissage à Fotchouli et garantir une année scolaire productive pour tous les enfants du village.

Il est à espérer que les autorités locales et nationales prennent conscience de cette situation précaire et agissent rapidement pour fournir aux écoles de Fotchouli les ressources nécessaires. Les enfants sont l’avenir du pays, et il est de notre devoir de leur offrir les meilleures conditions d’apprentissage possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi