fbpx

Cameroun Actuel

Recettes de certains supports publicitaires publics trop basses

La Ville et le canton de Genève pourraient encaisser davantage de recettes des 550 panneaux peints sur leur territoire. Pour la Cour des comptes, le potentiel du marché d’affichage de ces supports publicitaires en toile, apposés sur des mâts des TPG ou d’éclairage public, n’est pas exploité.

Dans un audit de conformité rendu public mardi, la Cour des comptes relève que le processus d’autorisation et de gestion des emplacements destinés aux panneaux peints présente des faiblesses et non-conformités. Elle a émis cinq recommandations qui ont été acceptées tant par le département de la sécurité et des sports de la Ville de Genève que par celui de la santé et des mobilités de l’Etat de Genève.

Au niveau juridique, la Ville est invitée à décider si elle veut maintenir ses restrictions qui sont discutables sous l’angle de la liberté économique. En effet, seules les activités culturelles peuvent figurer sur ces panneaux qui doivent être en sérigraphie. Les appels d’offres sont biaisés par le plafonnement, dans la loi, de la redevance exigible, et les tarifs n’ont pas été indexés depuis 2000.

Valorisation du marché

La Cour recommande aussi à la Ville de procéder à un appel d’offres pour la mise à disposition de mâts. Les 300 mâts sur son territoire sont exploités par deux entreprises privées au bénéfice d’une convention jusqu’en 2027. Quant à l’Etat, qui compte 213 mâts sur les routes cantonales, il devrait accorder un droit d’usage aux communes lors d’un appel d’offres, au lieu de contracter directement avec les deux entreprises.

La Ville de Genève est encore incitée à réaliser l’inventaire des mâts destinés à ces panneaux et à s’assurer du respect de la sécurité routière, de la protection du patrimoine et de l’accord du propriétaire. Enfin, la Municipalité, qui a fixé un montant forfaitaire de la redevance, doit analyser le potentiel de valorisation de ce marché situé sur le domaine public.

Selon une estimation de la Cour des comptes, le gain financier de la Ville de Genève pourrait tripler voire atteindre plus de 2,7 millions, contre 135’000 francs en 2022. La même année, l’Etat a encaissé 42’800 francs pour 107 mâts, et les recettes des autres communes genevoises se sont élevées à 18’360 francs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi