fbpx

Cameroun Actuel

Quatre militaires du régime Pinochet condamnés à 20 ans de prison

En campagne dans l’Iowa, Donald Trump a assuré samedi qu’il allait « gagner » la présidentielle de novembre. Il a qualifié Joe Biden de « pire » président des Etats-Unis, pays « en déclin » et au bord de la « Troisième guerre mondiale ».

Trois ans jour pour jour après l’assaut du Capitole, l’ancien président enchaînait deux meetings dans le petit Etat du Midwest. L’Iowa organise le lundi 15 janvier ses caucus et lance ainsi le bal des primaires républicaines de 2024, lui donnant depuis un demi-siècle un poids surdimensionné dans la campagne présidentielle.

Le milliardaire républicain, qui rêve d’être réélu en novembre et de retourner à la Maison Blanche malgré ses quatre inculpations au pénal, fera face dans huit jours aux électeurs pour la première fois depuis son départ avec fracas de la présidence le 20 janvier 2021.

« Joe-la-Crapule »

Trois ans exactement après l’attaque contre le siège du Congrès à Washington par ses partisans le 6 janvier 2021, Donald Trump a prononcé un discours décousu de plus de deux heures à Newton, près de la capitale régionale Des Moines. Il a assuré qu’il allait « gagner pour la troisième fois » la présidentielle en novembre.

Elu en novembre 2016 et battu quatre ans plus tard, le tribun républicain de 77 ans considère que la victoire à ce scrutin lui a été « volée » par le démocrate Joe Biden, qu’il a une nouvelle fois appelé « Joe-la-Crapule » et dont il a moqué l’âge (81 ans).

Qualifiant Joe Biden de « pire » président de l’histoire des Etats-Unis, Donald Trump a déploré que la première puissance mondiale soit « en déclin ». Il a même estimé que son pays risquait une « Troisième guerre mondiale » et la « Dépression » comme dans les années 1930 et prévenu quelques centaines de partisans: « C’est notre dernière chance de sauver l’Amérique ».

« Je suis un dictateur »

Ironisant sur les avertissements des démocrates et de médias ces derniers mois d’un risque de « dictature » Trump en cas de second mandat, le milliardaire a proclamé: « Je suis un dictateur ».

La veille, dans un discours de campagne en Pennsylvanie axé sur la défense de la « démocratie », Joe Biden avait comparé la rhétorique de son rival à celle de « l’Allemagne nazie ».

En dépit de ses déboires judiciaires et du risque de prison pour ses tentatives d’inverser les résultats de la présidentielle de novembre 2020, les sondages créditent Donald Trump de 60% des voix républicaines face à…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi