fbpx

Cameroun Actuel

Projets prioritaires du Ministère de la Santé en 2024 : nouvelle usine pharmaceutique, Institut national du cancer et hôpital régional à Mbalmayo

Dr Manaouda Malachie

Lors d’une conférence de presse à Yaoundé le 12 janvier, le ministre de la Santé publique, Dr. Manaouda Malachie, a révélé les projets prioritaires du ministère pour l’année 2024, dont la construction d’une nouvelle usine pharmaceutique, d’un Institut national du cancer, et d’un hôpital régional à Mbalmayo.

Parmi les projets à réaliser dans le secteur de la Santé publique en 2024 figurent la numérisation des Centres Hospitaliers Régionaux, la mise en œuvre de la carte médicale électronique, la mise en service du Centre Inter-régional de Simulation en Santé à Yaoundé, la reconstruction de l’hôpital Jamot de Yaoundé, et la réhabilitation et l’extension de la Chirurgie Endoscopique Gynécologique et de l’Hôpital d’Enseignement de la Reproduction Humaine (CHRACERH).

En 2024, Dr. Manaouda Malachie indique qu’une attention particulière sera accordée à la promotion de la santé et à la nutrition, à la prévention des maladies, à la gestion des cas, et au renforcement du système de soins de santé et de la gouvernance. Le Régime d’Assurance Maladie Universelle, lancé le 12 avril 2023, a déjà enregistré l’adhésion de 2 767 000 personnes. Dr. Manaouda Malachie affirme que des efforts seront déployés pour assurer davantage d’adhésions et la pleine mise en œuvre du programme.

Amélioration des relations entre patients et personnels de santé

Le ministre de la Santé publique souhaite mettre fin aux malentendus, harcèlements et conflits entre les patients et les professionnels de la santé dans les hôpitaux, parfois avec des conséquences regrettables. Il propose la création d’une charte définissant les responsabilités des patients et des professionnels de la santé au Cameroun, visant à améliorer les services de santé et à réduire les conflits entre les deux parties.

« Il est inacceptable que les patients harcèlent le personnel de santé. Nous devons dénoncer un tel comportement inacceptable. Rien ne le justifie. Si vous voulez être correctement pris en charge, adoptez la bonne attitude lorsque vous arrivez à l’hôpital », a déclaré Dr. Manaouda Malachie.

Premier vaccin contre le paludisme à être administré le 22 janvier

Le vaccin contre le paludisme sera administré aux enfants de 6 mois à partir du 31 décembre 2023. Le Cameroun a acquis 331 000 doses de Mosquirix le 21 novembre 2023 pour intensifier les efforts de lutte contre le paludisme, qui entraîne près d’un demi-million de décès chez les enfants de moins de cinq ans, selon l’Organisation mondiale de la Santé.

Le vaccin sera administré aux enfants de 6 à 24 mois en 4 doses dans les établissements de santé publics et privés, dans 42 districts de santé. Après la première dose à 6 mois, trois autres doses seront administrées à 7, 9 et 24 mois respectivement.

« La World Health Organization (OMS) ne peut pas approuver un vaccin qui ne serait pas bon pour nos enfants. Le vaccin ne remplace pas nos efforts de lutte contre le paludisme. C’est une approche complémentaire », a déclaré Dr. Manaouda Malachie.

Répression des vendeurs de médicaments contrefaits

Le ministère de la Santé publique a déployé des efforts inlassables au fil des ans pour mettre fin à la vente de médicaments contrefaits au Cameroun, mais la pratique persiste. En 2024, le ministre promet l’enfer pour ceux qui sont encore dans ce commerce, ainsi que pour ceux qui vendent des produits éclaircissants pour la peau.

« La lutte contre les médicaments de rue s’intensifiera et cela sera une année cauchemardesque pour les vendeurs. Nous les réprimerons et ils ne seront pas en paix. Cela concerne également ceux qui vendent des produits éclaircissants pour la peau », a averti le ministre de la Santé publique.

La nouvelle année sera également marquée par une augmentation des visites impromptues dans les pharmacies et les établissements de santé, quelle que soit leur catégorie. Le ministre de la Santé publique estime que les travailleurs de la santé doivent faire preuve de discipline et d’assiduité.

« Nous continuerons à intensifier nos visites impromptues dans les hôpitaux. Nous sanctionnerons positivement et négativement dans tous les hôpitaux ; privés, publics et confessionnels. »

Dr. Manaouda Malachie met en garde contre ceux qui pensent pouvoir utiliser des parrains pour influencer les décisions, soulignant que « ceux qui pensent pouvoir utiliser des parrains pour influencer les décisions devraient plutôt travailler dur car cela ne fonctionnera pas. »

Réduction des évacuations médicales

Selon le ministre de la Santé publique, 193 personnes ont demandé des évacuations médicales en 2023, et 112 ont été évacuées vers des hôpitaux à l’étranger pour un traitement. Réduire le nombre d’évacuations médicales en 2024 est une priorité clé pour le secteur de la santé.

« Nous avons considérablement réduit les évacuations à des cas compliqués qui ne peuvent pas être traités ici. Nous disposons d’un bon équipement médical. Aucun système de santé dans le monde n’est suffisant par lui-même. Quel que soit le système de santé, les évacuations médicales sont réalisées pour améliorer les soins de santé aux personnes atteintes de cas compliqués », a déclaré Dr. Manaouda Malachie.

Le ministre de la Santé publique attribue la réduction des évacuations médicales à l’utilisation habile par les travailleurs de la santé des équipements de pointe acquis par le gouvernement.

Liste des réussites dans le secteur de la santé

Le secteur de la santé du Cameroun a enregistré plusieurs avancées ces dernières années. En 2023, une transplantation rénale, la première dans la région de l’Afrique centrale, a été réalisée au Cameroun. Une chirurgie cardiaque à cœur ouvert a également été réalisée à l’hôpital général de Yaoundé, ainsi que des implants péniens et de hanche, une chirurgie cardiaque à cœur battant et une neurochirurgie de la colonne vertébrale.

Le ministère de la Santé publique a déployé plus de 250 spécialistes dans des hôpitaux, notamment des gynécologues, des obstétriciens, des pédiatres, au Cameroun en 2023.

Les Centres Hospitaliers Régionaux de Bafoussam, Ebolowa et Garoua sont devenus opérationnels l’année dernière. Ceux de Bertoua et de Ngaoundéré ont été achevés et sont prêts à être inaugurés, tandis que la construction du Centre Hospitalier Régional de Maroua sera achevée dans trois mois. La construction des Centres Hospitaliers Régionaux de Buea et Bamenda a été ralentie par la crise socio-économique.

En décembre 2023, le Cameroun compte 7 hôpitaux de première catégorie, dont 3 hôpitaux généraux et 2 hôpitaux gynécologiques-obstétriques et pédiatriques, l’hôpital universitaire de Yaoundé et le CHRACERH.

Il existe 13 hôpitaux de deuxième catégorie, 10 d’entre eux sont opérationnels et 4 sont presque achevés. Ils comprennent les Centres Hospitaliers Régionaux, l’hôpital central de Yaoundé, le Centre d’Urgence de Yaoundé, l’hôpital Jamot de Yaoundé, l’hôpital Laquintinine de Douala et l’hôpital de Référence de Sangmélima. Le Cameroun compte également 18 hôpitaux régionaux et annexes, 166 hôpitaux de district (4e catégorie), 295 centres médicaux sous-départementaux (5e catégorie) et 2300 centres de santé intégrés (6e catégorie). Plus de 26 nouveaux laboratoires ont été créés dans le pays ces dernières années.

En 2023, les professionnels de la santé ont réussi à contenir les épidémies de choléra, de rougeole, de fièvre jaune, de variole du singe et de poliomyélite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi