fbpx

Cameroun Actuel

Prime à la Casse : aucun résultat concret un an après l’annonce

Depuis son annonce par le ministre des Transports, Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe, en août 2022, le projet de la Prime à la Casse au Cameroun suscite de nombreuses attentes. Cette initiative vise à permettre aux propriétaires de véhicules automobiles de renouveler leurs véhicules sans contraintes financières, en retirant de la circulation les vieux véhicules et en offrant un financement de l’État ou un soutien bancaire pour l’acquisition d’un nouveau véhicule.

Cependant, un an après cette annonce, le projet n’a pas encore donné de résultats concrets, ce qui soulève des interrogations quant à son avancement. Malgré nos démarches auprès du ministère des Transports, nous n’avons pas obtenu de nouvelles rassurantes. Lors d’une séance de travail organisée en juillet dernier, le ministère a simplement indiqué que le projet était en cours de développement, sans fournir de détails sur un budget prévisionnel ou sur la date de son lancement effectif.

Plusieurs facteurs pourraient expliquer ce retard dans la réalisation de la Prime à la Casse. Tout d’abord, le manque de moyens financiers suffisants pourrait constituer un obstacle majeur. Selon Jean Collins Defossokeng, président du Syndicat national des employés du secteur terrestre (Synester), il est peu probable que le gouvernement puisse accompagner financièrement les citoyens dans cette action, compte tenu de la situation économique du pays. Il est donc légitime de se demander si le projet n’est pas simplement une illusion pour le moment.

Un autre défi majeur est le phénomène d’importation de vieux véhicules, qui pose problème aux autorités publiques. En effet, plus il y a de voitures usées sur les routes, plus le coût de gestion du projet risque d’augmenter. Selon les sources du ministère des Transports, environ 30 000 voitures et camionnettes sont importées chaque année au Cameroun, principalement des véhicules d’occasion âgés de plus de 15 ans.

Si le projet venait à être implémenté, le gouvernement devrait également faire face à l’état des routes, qui est à l’origine de 10% des accidents de la circulation. Les véhicules circulant sur des routes dégradées s’abîment plus rapidement que prévu, ce qui pourrait poser des problèmes de durabilité pour les nouveaux véhicules acquis dans le cadre de la Prime à la Casse. Les données indiquent que le réseau routier du Cameroun compte 121 872,98 km, dont seulement 9 885,18 km (8,11%) sont asphaltés, tandis que le reste est encore en terre (91,89%) à fin mai 2023.

Pourtant, l’implémentation du projet de la Prime à la Casse pourrait contribuer à réduire le nombre d’accidents de la route, comme l’indique une étude réalisée par le cabinet d’études Cyscom sur l’impact des mesures de sécurité routière au Cameroun en 2021. Cette étude révèle que de 2011 à 2017, le pays a enregistré 21 049 accidents de la route, entraînant la mort de 7 203 personnes. L’état du véhicule était la deuxième cause de ces drames (17%), après l’excès de vitesse (35%).

Bien que la Prime à la Casse soit un projet prometteur pour renouveler le parc automobile au Cameroun, il est actuellement confronté à des défis financiers, à l’importation de vieux véhicules et à l’état des routes. Il est essentiel que le gouvernement prenne des mesures concrètes pour surmonter ces obstacles et mettre en œuvre ce projet dans l’intérêt de la sécurité routière et de l’environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi