fbpx

Cameroun Actuel

Pourquoi le Groupe Vision 4 doit payer une dette fiscale de 2,3 milliards de FCFA en France

Jean-Pierre Amougou Belinga, homme d'affaire camerounais accusé du meurtre du journaliste Martinez Zogo

Le Centre spécialisé des impôts des professions libérales et de l’immobilier (CSIPLI) a récemment adressé une mise en demeure au groupe de Jean Pierre AMOUGOU BELINGA, gérant de TELESUD GROUPE VISION 4 SARL, lui intimant l’ordre de payer une somme de 2,3 milliards de FCFA. Cette mise en demeure fait suite à un Avis de Mise en Recouvrement (AMR) de la dette fiscale du groupe, émis par l’Administration fiscale le 18 août 2023.

Selon les informations fournies dans la correspondance, le montant global de la dette s’élève à FCFA 2 301 589 502, comprenant un montant principal de 1 357 507 943 FCFA et des pénalités de 944 081 559 FCFA. Toutefois, aucune mention n’est faite concernant les CAC ou les intérêts que le groupe devrait également payer.

Le CSIPLI de Yaoundé demande au groupe de régler cette dette dans un délai de huit jours, par virement bancaire au profit du centre spécialisé des impôts. Il est important de souligner que cette mise en demeure implique une obligation de paiement de la dette, faute de quoi une saisie des biens du groupe pourra être effectuée.

Cette situation rappelle une affaire similaire entre la Direction Générale des Impôts (DGI) et le Groupe l’Anecdote, où le ministre des Finances avait joué le rôle d’arbitre. Dans cette affaire, le ministre avait annulé une partie de la dette fiscale réclamée par la DGI au Groupe l’Anecdote.

Il convient également de noter que Jean Pierre AMOUGOU BELINGA, président du Groupe Vision 4, est actuellement en détention préventive depuis environ sept mois dans le cadre d’une affaire d’assassinat. Certains experts estiment qu’il est possible que d’autres Avis de Mise en Recouvrement soient émis pour les périodes 2021-2022 et 2022-2023, ce qui pourrait entraîner de nouvelles réclamations financières de la part du fisc.

Il reste à voir quelle sera l’issue de cette affaire et si elle se transformera en une nouvelle confrontation entre la DGI et le Groupe Vision 4. Malgré les contraintes de mouvement auxquelles Jean Pierre AMOUGOU BELINGA est confronté, il est difficile de prédire l’issue de cette situation. Seul l’avenir nous dira comment cette affaire se déroulera.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi