fbpx

Cameroun Actuel

Pour la droite, les Genevois paient trop d’impôts

Mercredi après-midi, la prison de la Brenaz, à Puplinge (GE), a vu défiler camions de pompiers et fourgons de police. L’établissement d’exécution de peine de 168 places avait été choisi pour être le théâtre d’un exercice incendie de grande ampleur.

Pour les pompiers, intervenir dans un milieu fermé, parmi des détenus pas toujours coopératifs, relève de la gageure. Il faut sauver des vies en prenant en compte toute une série de paramètres liés à la sécurité. Dans ces moments-là, la coordination avec les gardiens et la police devient primordiale.

L’exercice de mercredi a permis de voir ce qui fonctionnait et les points à améliorer en cas de départ de feu au coeur de la prison. « Nous avons constaté que tous les acteurs ont joué leur partition et que le timing a été respecté », indique à chaud, devant les médias, Ibra Mbaye, le directeur de l’établissement de La Brenaz.

A leur arrivée sur place, les pompiers sont informés de la situation par les agents de détention qui leur donnent un plan de la prison et leur indiquent où aller. Contrairement à d’autres interventions, « nous n’avons ici pas les clés », note le lieutenant Nicolas Millot, porte-parole du Service d’incendie et de secours (SIS).

Dernières instructions

« On attend d’être accompagné par le personnel de la prison pour pénétrer dans l’établissement et on avance toujours avec des agents de détention à nos côtés », explique un pompier, équipé de son masque respiratoire et de sa bonbonne d’oxygène, à trois autres de ses collègues, devant l’aile où l’incendie fictif s’est déclaré.

A l’intérieur, au premier étage, une épaisse fumée de paraffine a envahi un local composé d’une enfilade de cellules. A cet endroit, il est impossible de voir à plus de 20 centimètres. Heureusement, les pompiers possèdent des caméras thermiques qui leur permettent de se déplacer plus facilement dans la purée de pois.

Le danger, ici, provient d’un détenu récalcitrant, qui refuse de sortir de sa cellule et est armé. Les hommes de la Brigade de sécurité publique (BSP), arrivés sur les lieux peu auparavant, sont appelés à la rescousse. Protégés de la tête aux pieds, masque respiratoire sur le visage, ils avancent bouclier en avant.

Nid de blessés

Le rebelle, joué par un membre des forces de l’ordre, est rapidement maîtrisé et emmené ailleurs sous bonne escorte. Les autres détenus du secteur sont évacués. Les…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi