fbpx

Cameroun Actuel

Polémique autour de l’interdiction du congrès du PCRN : l’autorité administrative sous le feu des critiques

Cabral Libii

La décision du sous-préfet de Kribi 2 d’interdire le congrès électif du parti Camerounais pour la Réconciliation nationale (PCRN) continue de susciter une vive controverse. Le 23 novembre dernier, cet arrêté a semé la discorde, intervenant après la délivrance d’un récépissé de déclaration de manifestation pacifique pour l’événement prévu du 15 au 17 décembre à Kribi.

Ce revirement a entraîné une réaction immédiate de la part du PCRN, déposant une requête au tribunal administratif d’Ebolowa pour l’annulation de cette interdiction. Les arguments avancés par l’autorité, invoquant des dissensions internes susceptibles de troubler l’ordre public, sont contestés par les cadres du parti, qui estiment que ces tensions internes ne sont pas de nature à perturber l’ordre public.

La situation est encore plus complexe, car des tensions internes sont déjà soumises à un autre tribunal administratif à Kaélé. Robert KONA, fondateur du PCRN, a contesté la légalité de l’élection de Cabral Libii à la tête du parti. Pour KONA, le processus qui a conduit à l’élection de Libii en mai 2019 était irrégulier, qualifiant ces assises de « simple réunion » orchestrée par le député à l’Assemblée nationale.

Le tribunal administratif d’Ebolowa, saisi par le PCRN pour l’annulation de l’interdiction, a déjà entamé les audiences. Cependant, la première audience a été marquée par l’absence du sous-préfet de Kribi 2, qui a plaidé avoir reçu sa convocation tardivement. Cette audience a été reportée au mercredi 6 décembre.

Malgré ces complications judiciaires, le PCRN a affirmé sa détermination à tenir son congrès, défiant ainsi l’interdiction. Cabral Libii, à la tête du parti, a encouragé les membres à ne pas se laisser intimider, exprimant sa confiance dans le triomphe imminent de la volonté du peuple. L’issue de cette situation reste en suspens, alors que l’attention se porte sur le déroulement des audiences devant le tribunal administratif du Sud à Ebolowa.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi