fbpx

Cameroun Actuel

Pénurie de carburant à Douala : hausse vertigineuse des prix des produits alimentaires

La pénurie de carburant qui sévit à Douala depuis seulement quatre jours a eu un effet dévastateur sur la ville, provoquant une hausse vertigineuse des prix des denrées alimentaires essentielles dans plusieurs marchés de la ville.

Des tomates et des ignames aux pommes et à l’huile, les nécessités de base deviennent de plus en plus inabordables pour de nombreux habitants. Au marché de Bonamoussadi, un carrefour animé pour les vendeurs de nourriture, la frustration est palpable.

Maria Rose, vendeuse de tomates de longue date, montre une caisse de tomates fanées. « Regardez-les, » dit-elle, sa voix teintée de colère. « Je les ai achetées à un prix plus élevé que d’habitude parce que le transporteur m’a facturé le double du tarif normal. Maintenant, comment puis-je les vendre au même prix et réaliser un bénéfice ? »

« J’ai acheté hier 5 bidons d’huile à Kompina et c’était un enfer de les ramener ici à Douala. Le prix du transport a pratiquement triplé et les conducteurs disent que c’est à cause de la pénurie de carburant. Je n’ai jamais dépensé autant pour acheter mes marchandises. Maintenant, je suis obligée d’augmenter le prix de détail parce que je dois couvrir mes frais de transport pour pouvoir réaliser un bénéfice, » ajoute Maria.

L’effet domino est évident. Avec la pénurie de carburant entraînant une hausse des coûts de transport, les vendeurs sont contraints de répercuter le fardeau sur les consommateurs.

Les tomates, autrefois un aliment de base de la cuisine camerounaise, ont vu leur prix augmenter de près de 30% dans certains marchés.

Les ignames, une source populaire de glucides, sont également devenues plus chères, tandis que le coût des pommes a augmenté de manière stupéfiante de 50%.

« J’achète mes pommes au marché central pour les revendre. Depuis le week-end dernier, il m’est difficile d’en acheter à cause du prix très élevé du transport et il est difficile de trouver quelqu’un pour vous transporter, » explique Bertrand, un vendeur de pommes.

« Le gouvernement devrait faire quelque chose. Comment peut-on payer 5 000 francs CFA de frais de transport pour une courte distance toujours à Douala ? C’est même plus élevé que le tarif de transport pour mon village, » ajoute Bertrand.

La situation est particulièrement critique pour les familles à faible revenu, qui dépendent de ces denrées alimentaires de base pour survivre. « Je pouvais acheter un kilo de tomates tous les deux jours, » dit Joseph, père de trois enfants. « Maintenant, je ne peux me permettre que la moitié de cette quantité. On dirait que la pénurie de carburant nous enlève littéralement de la nourriture de nos assiettes. »

Le gouvernement, via un communiqué, a rassuré la population que les choses reviendront à la normale d’ici mardi 12 décembre.

Mais la situation semble empirer, les stations-service restant à sec et de nombreux habitants devant parcourir de longues distances pour obtenir ce précieux liquide.

Ce manque d’action ne fait qu’ajouter à la frustration croissante des habitants de Douala.

« Nous avons besoin de solutions, pas de silence, » déclare Maria, exprimant les sentiments de nombreux habitants.

« L’insuffisance de carburant est un problème, mais cela ne devrait pas devenir une crise pour des personnes qui essaient simplement de mettre de la nourriture sur la table. »

La hausse des prix alimentaires à Douala rappelle l’interconnexion de l’économie de la ville.

Une perturbation dans un secteur peut avoir des effets en cascade dans tout le système, laissant les plus vulnérables supporter le poids des difficultés.

Pour l’instant, la pénurie de carburant affecte sérieusement les villes de Yaoundé, Bafoussam et Douala, et si elle n’est pas rapidement résolue, elle pourrait s’étendre à d’autres régions.

Cela signifierait que presque tous les foyers camerounais subiraient une augmentation des prix des denrées de base.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi