fbpx

Cameroun Actuel

Paul Biya choisit Rothschild pour structurer un emprunt en devise de 200 milliards

Dans le cadre de son emprunt en devises prévu par la loi des finances rectificatives de ce mois de juin, le Cameroun compte s’attacher les services d’intermédiation de Rothschild & Co. Le président de la République, Paul Biya, a en effet donné son avis favorable au ministre camerounais des Finances Louis Paul Motaze pour qu’il engage des échanges dans ce sens avec la holding financière internationale.

L’opération consiste pour le Trésor public à mobiliser 200 milliards de FCFA sur le marché international des capitaux, à travers un placement privé. Cette opération, faut-il le rappeler, est prévue dans la loi de finances rectificative examinée actuellement par les députés.

En lieu et place d’un eurobond, comme en 2015 et 2021, le gouvernement a opté pour un prêt en syndication auprès des banquiers et autres institutions financières. Les sources d’EcoMatin affirment d’ailleurs que les négociations relatives à ce financement avaient d’abord été entamées avec la Banque africaine d’import-export (Afreximbank) et la banque américaine Citigroup.

Toujours selon nos sources, ce nouvel emprunt a été convenu avec le Fonds monétaire international (FMI), au cours de la 4è revue du programme économique et financier avec le Cameroun. Les fonds mobilisés permettront d’apurer une partie des reste-à-payer de la dette intérieure que l’Etat aurait dû payer à ses prestataires selon ses prévisions budgétaires de 2022.

Le Cameroun n’aura aucune difficulté à trouver ce montant sur un marché international où il y a abondance de liquidités. « Mais, il devra en payer le prix. Il ne faut donc pas s’attendre à un 5,95% comme il y a deux ans avec l’eurobond », suggère un analyste financier contacté par EcoMatin. Le taux d’intérêt sera donc le principal enjeu de l’opération et c’est à ce stade que la contribution de Rothschild & Co est attendue pour rendre la note moins salée.

Autre raison avancée sur le choix de ce prestataire international de renom, le passif amical du chef de l’Etat avec la famille Rothschild et plus particulièrement l’ancien PCA du groupe financier éponyme, Benjamin de Rothschild, décédé à l’entame de l’année écoulée.

Le banquier était présenté comme un « ami personnel » du président Paul Biya. Leur dernière apparition en public date du 26 mai 2015, date à laquelle le baron de la finance avait été reçu par le chef de l’Etat à la résidence principale du palais de l’Unité.

Précisons que Rothschild & Co est une holding financière cotée sur Euronext (principale place boursière de la zone Euro) et contrôlée par les branches française et anglaise de la famille Rothschild. Au centre des marchés financiers depuis plus de 200 ans, l’entreprise propose des conseils en matière de stratégie et de financements, de fusions et acquisitions, ainsi que de solutions d’investissement auprès des grandes entreprises, familles et des gouvernements à travers le monde.

D’autres pays africains, à l’instar de la Cote d’Ivoire et Bénin ont déjà eu à recourir à des prêts syndiqués.

Eco Matin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi