fbpx

Cameroun Actuel

Paul Biya appelle à la substitution des importations au Cameroun, mais la réalité reste éloignée

Le président camerounais, Paul Biya, âgé de 91 ans, a prononcé un discours le 10 février dernier, mettant en avant ses réalisations tout en faisant de nouvelles promesses à la jeune nation camerounaise. Il a abordé une variété de sujets, notamment l’économie, exhortant les jeunes à se concentrer sur le travail indépendant, car le gouvernement ne peut pas employer tout le monde.

Il a reconnu que l’économie est inondée de produits étrangers, rendant difficile l’épanouissement des jeunes dans l’entrepreneuriat. À travers un plan spécial de trois ans pour la jeunesse lancé en 2016, le programme de promotion de l’entrepreneuriat a contribué à la création de plus de 12 000 nouvelles entreprises en 2023, générant près de 22 000 emplois directs.

« Ces avancées sont encourageantes, mais je suis conscient qu’elles restent insuffisantes compte tenu du nombre de jeunes demandeurs d’emploi. C’est pourquoi je vous encourage à saisir les opportunités offertes par la mise en œuvre du plan triennal intégré de substitution des importations 2024-2026 pour vous engager dans des activités productives. Cela vous permettra non seulement de rendre service à votre pays, mais aussi de subvenir à vos besoins », a déclaré Biya dans son discours.

Substitution des importations : loin de la réalité

La substitution des importations, selon le Fonds monétaire international (FMI), « signifie généralement la satisfaction d’une plus grande proportion de la demande totale d’un pays en biens (production plus importations) par sa production intérieure ».

Cependant, le Cameroun, malgré plus de 60 ans d’indépendance, est resté une économie de consommation, important encore des produits agricoles tels que le riz. En 2023, le Cameroun a importé plus de 150 000 tonnes métriques de riz, représentant une dépense de 162 milliards de FCFA, bien plus que ce que le pays produit sur ses terres fertiles des plaines de Ndop et de Yagwa.

Dans le cadre de la politique de substitution des importations, le gouvernement a alloué en 2023 un budget de 385 milliards de FCFA pour développer le secteur du riz afin de produire annuellement 750 000 tonnes d’ici 2030.

Un autre secteur où le Cameroun dépense beaucoup est le blé, aliment de base du pays. En 2021, par exemple, le Cameroun a importé plus de 900 000 tonnes de blé d’Europe, pour un coût de plus de 155 milliards de FCFA, alors que son institut de recherche agricole a déclaré que le blé peut être cultivé dans plusieurs endroits du pays.

Dans le cadre de sa politique de substitution des importations, le gouvernement a déjà alloué un total de 127,5 milliards pour renforcer la production dans les secteurs agricole, industriel et touristique. Lors de la présentation de l’agenda du gouvernement au parlement l’année dernière, le Premier ministre, le Dr Joseph Dion Ngute, avait déclaré que les produits agroalimentaires et de la pêche seraient prioritaires.

Le gouvernement pourrait faire face à des défis dans la mise en œuvre de cette politique de substitution des importations, comme le montrent les précédents échecs. En 2008, le gouvernement avait alloué 600 milliards de FCFA pour stimuler la production de riz dans le pays. Pendant plus d’une décennie, le Cameroun importe toujours plus de riz qu’il n’en produit.

Les dirigeants de l’opposition expriment leurs doutes

Bien que le président Biya ait énuméré de nombreuses initiatives plaçant les jeunes au premier plan, certains leaders de l’opposition estiment que cela n’est pas réalisable. Maurice Kamto, leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun, a déclaré que les jeunes de la nation font face au désespoir, à la déliquescence morale, aux frais de subsistance exorbitants et à la violence.

Bien qu’il désapprouve les politiques mises en œuvre, il a exhorté les jeunes à « consommer local au lieu de produits importés », soulignant que la responsabilité du vol des devises et de l’incapacité chronique du gouvernement à créer des conditions attractives pour le développement industriel et économique harmonieux propice à la création d’emplois ne leur incombe pas.

Cabral Libii du parti PCRN a averti les jeunes de ne pas croire aux affirmations de Paul Biya, déclarant que « peut-être il parle sincèrement, mais la réalité est qu’il n’agira pas par la suite. Personne ne mettra en œuvre ce qu’il vous promettra et ce qu’il vous dira ».

Akere Muna, homme politique, a également convenu avec Cabral Libii que sans un changement systémique, les jeunes auront un avenir sans espoir et continueront de risquer leur vie par toutes sortes de manœuvres clandestines pour émigrer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi