fbpx

Cameroun Actuel

Pakistan: plus de 30 morts en raison de fortes pluies

Restriction d’eau en Catalogne, la Sicile en état de catastrophe naturelle: la sécheresse ne recule pas dans le pourtour méditerranéen, l’hiver n’ayant pas apporté les pluies habituelles, indique le réseau européen Copernicus mercredi dans ses derniers chiffres.

45,1% de l’Europe méridionale est affectée par la sécheresse des sols, dont 2,8% au niveau « alerte », selon les dernières données de l’European Drought Observatory (EDO) analysées par l’AFP, concernant la période du 1er au 10 février.

Le quart de l’ensemble de l’Europe et du nord du Maghreb, la zone étudiée par Copernicus, est en situation de sécheresse, avec 19,3% des sols en déficit d’humidité et 2,5% où la végétation se développe anormalement (« alerte », un état de sécheresse encore plus avancé), selon les calculs effectués par l’AFP.

La situation s’est aggravée par rapport à fin janvier, mais reste un peu meilleure qu’à la même période de l’an dernier (31,3% du territoire).

Chaleur et manque de pluie

L’ouest de la région méditerranéenne est en revanche particulièrement touché: le sud de l’Italie, la côte méditerranéenne espagnole, et surtout le nord du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie. Alors que la pluie doit revenir au Maroc, seules des précipitations d’ampleur pourront compenser de tels déficits.

En cause: des températures parfois anormalement douces pour la saison – janvier a battu un nouveau record de chaleur mensuel à la surface du globe selon Copernicus – combinées à un manque de précipitations qui dure pour certaines régions depuis plusieurs mois, voire années.

Catalogne: nouvelles restrictions d’eau

Le 1er février, la Catalogne confrontée à « sa pire sécheresse depuis un siècle » selon le président du gouvernement régional Pere Aragonès, a été placée en état d’urgence, entraînant de nouvelles restrictions d’eau.

Le niveau des réservoirs de la région qui stockent l’eau de pluie est tombé sous la barre des 16%. En Algarve, dans le sud du Portugal, les réservoirs étaient également très bas fin janvier. Ces chiffres concernent la sécheresse des sols, visibles par les satellites de Copernicus, et non les nappes phréatiques en sous-sol.

Celles-ci se sont certes rechargées pendant l’hiver dans plusieurs zones, notamment en France, mais pas partout: dans les Pyrénées-Orientales, dans le sud du pays, les nappes, principales réserves d’eau potable restent dans une situation « très…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi