fbpx

Cameroun Actuel

One All Sports : « Quelle loi Samuel Eto’o aurait-il enfreint ? »

L’homme politique Célestin Djamen prend la défense du président de la Fecafoot qui est critiqué depuis l’annonce du nom du nouvel équipementier.

Depuis l’annonce du nom du nouvel équipementier des sélections nationales de football, des voix s’élèvent pour critiquer Samuel Eto’o pour le choix porté sur One All Sports. Une marque méconnue du grand public.

Pour Célestin Djamen, le président de la Fecafoot ne mérite pas ces critiques. « Quelle loi ou convention collective Samuel Eto’o aurait-il enfreint en signant un juteux contrat avec l’Américain One All Sports ? », s’interroge-t-il sur sa page Facebook ce mardi 16 août 2022.

Le politicien rappelle aux détracteurs de l’ancien Lion Indomptable que le monde du sport est d’abord un monde de business. Derrière nos émotions légitimes, indique-t-il, le football est devenu une industrie et tant que ça rapporte de l’argent dans les caisses de la Fecafoot on ne peut que s’en réjouir.

Primes des Lions

« Depuis l’arrivée de Eto’o à la tête de la Fecafoot en décembre 2021, la plus belle chose qui soit arrivée à notre football depuis 1959, les problèmes de primes des Lions ont disparu, le championnat anesthésié depuis au moins deux saisons a repris, les gradins jadis désertés par les Camerounais refont le plein et le championnat féminin a été ressuscité…etc. Que demander de mieux? Seuls les handicapés m! , les journaleux mal poilés, les talibans animés par l’esprit du village et pour lesquels le Cameroun reste un pays étranger et à détruire tant qu’ils n’ont pas pris le Pouvoir, les journalistes sans talents qui ont raté leur carrière, les lanceurs d’alerte devenus lanceurs de merde rémunérés par ceux qu’on connait, nous parlent de mafia, rétro-commissions ou encore blanchiment d’argent. », écrit le président national de l’APAR.

A l’en croire, le vrai débat est ailleurs. Car « One All Sports ne viendra jamais empêcher nos Lions de marquer un penalty, réaliser un joli drible ou de remporter la Coupe du monde. Alors pas de distraction, si on peut rafler 7000.000.000/an des Yankees, c’est le pied ! Nous devons les exploiter au maximum comme ils l’ont fait pendant 500 ans, même si c’est pour nourrir nos voleurs à nous à condition qu’ils investissent au pays. », fait savoir Célestin Djamen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi