fbpx

Cameroun Actuel

« On va en parler à Romain Ntamack pendant 30 ans ! » Entretien avec Denis Charvet, lui-même auteur d’un essai mythique pour le Stade Toulousain

l’essentiel
Auteur d’une épreuve mythique lors du sacre toulousain en 1989 contre Toulon (18-12), Denis Charvet est rejoint aujourd’hui au « Panthéon du rugby toulousain » par Romain Ntamack, qui s’est inscrit après un superbe raid solitaire, l’épreuve qui a amené le Stade Toulousain le titre de champion de France 2023, samedi 17 juin en finale contre La Rochelle (29-26).

Denis Charvet, dans la légende du rugby toulousain, personne n’a oublié votre essai mythique en finale 89 contre Toulon. Désormais, il faut ajouter celui de Romain Ntamack, inscrit le samedi 17 juin…

Et on lui en reparlera pendant 30 ans, tous les jours (rires). Ce qui est fou, c’est que cet essai sort de nulle part, c’est cette capacité à le faire au moment où il le fait. Et c’est extraordinaire en soi parce qu’il est inscrit un soir de finale. Si moi ou lui on fait la même chose dans la ligue, personne ne s’en soucie. Mais là, le contexte du final magnifie la beauté de l’action. Moi, j’ai toujours dit que mon test n’était pas le meilleur que j’avais fait dans ma carrière, mais il se trouvait que c’était une dernière nuit.

A lire aussi :
REJOUER. Stade Toulousain champion de France : le bouclier de Brennus trône une nouvelle fois au balcon du Capitole ! Revivez la journée avec nous

Comment l’avez-vous vécu en direct depuis que vous avez commenté la finale pour RMC Sport ?

Là, je suis resté silencieux du début à la fin de son action. Je ne sais pas comment l’expliquer. Il y a eu une quinzaine de temps de jeu (13, ndlr) et de ma position, je vois qu’il n’y a pas de second rideau de La Rochelle, qu’ils se replacent très mal et je me dis que les Toulousains vont marquer. Je l’ai senti mais je n’ai rien dit. C’est étrange, c’est comme si j’avais ressenti un déjà-vu. Je n’ai parlé qu’après comme si je savais que ça allait arriver. Et c’est arrivé. Romain est un grand joueur. Il met les tiges, il fait le crochet et on sent qu’il y a une rage en lui sur cette action par rapport au mauvais match qu’il est en train de faire. Nous avons besoin de grands joueurs dans une équipe. Romain en est un. Parfois, ils vous font gagner.

A lire aussi :
Finale Stade Toulousain-La Rochelle : « Il ne suffit pas de le dire dans les micros »… la réponse de Clément Poitrenaud à Ronan O’Gara

Vous êtes-vous replongé dans votre exploit de 1989 à l’époque ?

Oui, ce serait mentir que de dire non. Dans ces moments-là, vous ne contrôlez pas ce que vous faites même si vous l’avez fait. C’est seulement après que tu réalises ce que tu renvoies, sur le moment, tu ne sais pas. Cette épreuve, on lui en reparlera pendant 30 ans, elle est marquée au fer chaud. D’autant qu’il y a…

Lire la suite de l’article sur nouvelles-dujour.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi