fbpx

Cameroun Actuel

Nouvelles révélations dans l’affaire Martinez Zogo : le juge Sikati II Kwamo sur la piste d’une équipe en doublure

Martinez Zogo

Après des mois d’enquête, le juge d’instruction Sikati II Kwamo a mis à jour de nouvelles pistes intrigantes dans l’affaire de l’assassinat de Martinez Zogo. Les récentes déclarations des membres du commando lors des auditions ont soulevé des questions cruciales sur une possible seconde équipe impliquée dans cet incident tragique.

Au cœur des révélations, le témoignage de Clément Ebo’o, un élément de la DGRE également incarcéré, apporte une lumière inédite sur les événements. Selon ses propos devant la commission mixte, Martinez Zogo aurait été laissé en vie après avoir été enlevé et torturé. Une action contraire à leurs instructions, évoquant ainsi la possibilité qu’une autre équipe ait poursuivi le travail commencé par le premier commando.

Les éléments de la DGRE, lors des auditions au tribunal militaire, ont confirmé cette thèse d’un « coup dans le coup ». Le juge d’instruction, Sikati II Kwamo, a commencé à se concentrer sur un nom qui revenait fréquemment lors des auditions : Savom Martin Stéphane.

Ce dernier, président de la Section RDPC Haute-Sanaga et intime du secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh, suscite l’intérêt du juge d’instruction. Des liens entre l’équipe de sécurité de Martinez Zogo et des personnes proches de Savom Martin Stéphane ont été mis en lumière, incitant le juge à convoquer ce dernier pour témoigner.

Cependant, la réaction de Savom Martin Stéphane a été véhémente et virulente. Il a adressé des courriers et des protestations, mettant en cause le juge Sikati II Kwamo, ce qui a éveillé encore plus les soupçons du juge sur l’implication potentielle de cette personne dans l’affaire.

Des découvertes troublantes ont également été faites concernant la femme de Savom Martin Stéphane, Essouma Balla Andrée Georgina, qui est capitaine dans l’armée et affectée à la DGRE, sous les ordres directs de Justin Danwe, proche de Ferdinand Ngoh Ngoh. Cette connexion renforce les soupçons du juge, qui continue d’enquêter sur ces nouveaux éléments.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi