fbpx

Cameroun Actuel

Mort du père Jean-Jacques Ola Bébé : une ONG demande des comptes au régime Biya

La mort tragique du célèbre animateur et prêtre Jean-Jacques Ola Bébé continue de susciter des interrogations et des préoccupations au Cameroun. Deux semaines après sa disparition, son corps a été retrouvé sans vie à l’extérieur de son domicile à Yaoundé. Depuis lors, un silence radio règne autour de cette affaire troublante.

L’ONG Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (Acat) a exprimé son inquiétude face à ce silence et a interpellé les autorités camerounaises pour obtenir des réponses. Le père Jean-Jacques Ola Bébé était un habitué des plateaux télé et des radios, et son assassinat a été largement médiatisé.

Dans une interview accordée à l’émission « Boîte Noire » sur Mo’o Radio Tv, le révérend Jean-Jacques Ola Bébé avait évoqué des « manipulations » entourant l’affaire Martinez Zogo. Il avait souligné la circulation de fausses informations visant à incriminer certaines personnes et à dissimuler la vérité.

Peu de temps après cette interview, le prêtre avait alerté ses proches en affirmant se sentir suivi et menacé. Le vendredi 3 février, sa compagne a reçu un appel de la gendarmerie lui annonçant que le corps de Jean-Jacques Ola Bébé avait été transporté à la morgue de l’Hôpital central de Yaoundé. Malheureusement, il ne vivra pas pour célébrer son 41e anniversaire.

La famille et les membres de l’Église catholique orthodoxe byzantine, dont il faisait partie, ont dû attendre de longues semaines avant de pouvoir identifier le corps. Ce n’est que le 27 avril, près de douze semaines après son décès, que la levée du corps a eu lieu. Malheureusement, le rapport d’autopsie n’a pas été communiqué aux proches de Jean-Jacques Ola Bébé, ajoutant ainsi à leur frustration et à leur quête de vérité.

Depuis près de huit mois, de nombreuses personnalités et organisations internationales, telles que le bureau des droits humains de l’ONU, l’Unesco, Human Rights Watch et récemment l’ONG Acat, ont exhorté les autorités camerounaises à faire preuve de transparence dans cette affaire troublante.

Il est essentiel que la lumière soit faite sur les circonstances entourant la mort du père Jean-Jacques Ola Bébé. La transparence et la justice sont des valeurs fondamentales pour la société camerounaise, et il est impératif que les autorités prennent des mesures concrètes pour résoudre cette affaire et rassurer le public.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi