fbpx

Cameroun Actuel

Mondial 2022 : « pour une fois, les lions sont aux petits soins, dorlotés à la limite »

BONNE CHANCE AUX LIONS INDOMPTABLES

Pour une fois, les Lions s’envolent pour une coupe du monde, sans que des questions triviales liées aux primes de matchs ne fassent la Une. Sauf que les adeptes de l’église de Réveil protestante du Pasteur Valsero, ont de la suite dans les idées. Et le cas du défenseur Nguandeu fait des gorges chaudes. Écarté du groupe, beaucoup auraient souhaité, bien qu’en petite forme, qu’il y allât au moins pour services rendus.

Convenons tout de même que ce défenseur, flamboyant il y a quelques années, trottinait depuis un certain temps sur ses « échasses ». Des atermoiements lors de la récente CAN, qui ont révélé au grand jour le talent de Casttelletto, obligé de jouer les sapeurs pompiers dans un dédoublement fonctionnel. Puis le retour inattendu du défenseur Nicolas Nkoulou, tombé telle une comète dans le groupe, ce semi retraité qui se contente du menu fretin dans des clubs de fortune en Europe.

Nkoulou titulaire ? Difficile de le pronostiquer avec ce look de « tonton », face à une jeunesse montante à la crinière enhardie. D’où sort donc le « quinquagénaire » de Bassogog, dont on croyait reconverti dans les clubs vétérans (2-0). Des points plutôt positifs, avec la confirmation des talentueux Mbeumo et Nsame, suppléants de taille de Choupo Moting, Vincent Aboubacar (capi), Toko Ekambi, ou encore de Ngamaleu.

Mention honorable à Shouaïbou, le ballon d’or Camerounais, qui retrouve la cour des grands, après une « pétillante » saison dans Coton sport de Garoua. Du sang neuf également au milieu de terrain avec Fabrice Olinga et Ntcham véritables  » porteurs d’eau », qui apporteront de l’audace juvénile aux non moins connus Hongla, Kunde et Oum Gwet. Et en défense les jeunes Wooh, Mbaïzo et Ebosse auront leur mot à dire face aux vieux briscards.

Pour une fois, les lions sont aux petits soins, dorlotés à la limite. Inutile donc de juger de l’opportunité de la sélection ou non d’un quelconque lion indomptable, car comme nous les savons, tous les choix sont suicidaires. Et en football plus qu’ailleurs, seul le résultat compte, et nous jugerons le maçon au pied du mur.

La bonne information cependant, le coq sportif de nos ancêtres les Gaulois et de l’économiste Camerounais du dimanche, n’ira pas en coupe du monde. Il attendra tranquille dans nos congélateurs, jusqu’au jour où Vincent Aboubacar soulèvera le trophée de cette coupe du monde. Dès lors le coq sportif sera transformé en poulet DG, par des camerounais hystériques.

Qui parie avec moi que la semaine qui suivra ne sera pas décrétée fériée chômée et surtout « alcoolisée » ? Maintenant, loin du tintamarre des apôtres de la malédiction, que les cœurs des camerounais en chœur battent à l’unisson.

J’aime mon Pays le CAMEROUN

Joel Eyango

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi