fbpx

Cameroun Actuel

Militants inculpés après l’interruption d’un spectacle à Londres

Les températures mondiales continuent d’écraser les records: après un été et un mois de septembre inédits, 2023 est l’année la plus chaude jamais mesurée sur les neuf premiers mois. Elle s’approche d’une anomalie de 1,5 degré par rapport à l’ère pré-industrielle.

De janvier à septembre, « la température moyenne mondiale est 1,4 degré celsius au-dessus de la moyenne pré-industrielle (1850-1900) », avant l’effet sur le climat des émissions de gaz à effet de serre de l’humanité, a annoncé jeudi le service sur le changement climatique (C3S) de l’observatoire européen Copernicus.

Cette moyenne, déjà plus élevée de 0,05 degré que pour l’année record de 2016, pourrait encore augmenter pendant les trois derniers mois de l’année, compte tenu de la montée en puissance d’El Niño. Ce phénomène météorologique cyclique au-dessus de l’océan Pacifique, synonyme de réchauffement supplémentaire, culmine en général autour de la période de Noël.

1,5 degré supplémentaire

« Il n’est pas acquis que 2023 atteindra 1,5 degré. Mais nous en sommes assez proches », a déclaré Carlo Buontempo, directeur du C3S. Atteindre cette barre symbolique ne signifierait pas pour autant que la limite la plus ambitieuse de l’accord de Paris a été atteinte, car ce dernier se réfère à l’évolution du climat sur des périodes longues, des décennies et non des années simples.

Le GIEC, rassemblant les experts du climat mandatés par l’ONU, prévoit que ce seuil de 1,5 sera atteint dès les années 2030-2035. L’Organisation météorologique mondiale a estimé au printemps que la barre serait franchie pour la première fois sur une année entière seulement au cours des cinq prochaines années.

En attendant, « septembre 2023 a été le mois de septembre le plus chaud jamais enregistré au niveau mondial », poursuivant une série de records mensuels mondiaux entamée en juin. Juillet 2023 détient le record absolu, tous les mois confondus.

Avec une température moyenne de 16,38 degrés à la surface du globe, le mois écoulé dépasse le record de septembre 2020 avec une marge « extraordinaire » de 0,5 degré, a indiqué jeudi Copernicus. Septembre 2023 est ainsi « 1,75 degré plus chaud que la moyenne d’un mois de septembre sur la période 1850-1900 », a ajouté Copernicus.

Tous les continents concernés

Alors que les variations des températures mondiales se mesurent en général en quelques dixièmes de degré, septembre…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi