fbpx

Cameroun Actuel

Mgr Jean-Patrick Iba-Ba à la barre du Dialogue national inclusif : un nouveau cap pour la démocratie au Gabon

Le Gabon se prépare à une phase cruciale de son histoire politique avec la désignation de Mgr Jean-Patrick Iba-Ba, archevêque de Libreville, pour présider le Dialogue national inclusif (DNI). Cette initiative, orchestrée par les autorités militaires, vise à tracer de « nouvelles orientations » politiques et institutionnelles pour la République.

Le choix de Mgr Jean-Patrick Iba-Ba pour mener ce dialogue a été salué par le journal gabonais en ligne, « Gabon Media Time », comme un choix empreint de « sagesse ». Sa nomination repose sur une confiance préexistante de l’opinion publique et sur sa capacité à apporter une perspective éclairée, permettant au Gabon de se conformer aux normes internationales de démocratie.

Selon le site, le prélat catholique incarne une figure respectée et possède le recul nécessaire pour guider le pays vers une gouvernance plus alignée sur les standards mondiaux en matière de démocratie. Cette réaction du média fait suite à un communiqué émanant du Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI), l’organe dirigeant du pays.

Les travaux du DNI, prévus pour démarrer en avril 2024, ont été officiellement annoncés par le comité pour la transition. Peu après l’annonce de la sélection de Mgr Iba-Ba, le président de la Transition, le général Brice Oligui Nguema, a accordé une audience au nonce apostolique au Gabon, Mgr Javier Herrera Corona.

La présidence de la République gabonaise a clarifié que la visite du représentant du saint Siège visait à témoigner de la volonté du pape François d’accompagner les autorités gabonaises, exprimer le soutien de l’Église catholique et contribuer au maintien de la paix tout au long de cette période de Transition.

Archevêque de Libreville depuis 2020, Mgr Iba-Ba s’est distingué en tant que défenseur des couches sociales vulnérables. Ses critiques passées à l’égard de la mauvaise gouvernance durant le règne du président déchu restent dans les mémoires des Gabonais.

Il est à noter que cette nomination marque un événement rare dans l’histoire du pays, étant seulement la deuxième fois en plus de trente ans qu’un archevêque de Libreville se voit confier la direction des travaux d’une conférence nationale. En 1990, son prédécesseur, Mgr Basile Mvé Engone, avait été choisi pour présider la Conférence nationale, un tournant majeur ayant ouvert la voie à la démocratisation du Gabon.

Cette nomination de Mgr Jean-Patrick Iba-Ba suscite des espoirs quant à l’avancée vers une gouvernance plus inclusive et démocratique pour le Gabon, marquant ainsi un nouveau chapitre dans son parcours politique et institutionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi