fbpx

Cameroun Actuel

Maurice Kamto : « il faudra plus que des prières pour libérer le Cameroun »

Dans une récente déclaration sur X, anciennement Twitter, le professeur Maurice Kamto, président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), a appelé ses partisans à participer activement au processus électoral en s’inscrivant massivement sur les listes électorales.

Le leader du MRC a déclaré catégoriquement que le Cameroun ne connaîtra aucun changement significatif si les citoyens n’agissent pas. « Vous devez agir en transposant vos actions dans vos prières. Si vous ne vous inscrivez pas pour voter et que vous votez, la prière ne s’inscrira pas pour vous, ne votera pas pour vous« , a déclaré Kamto.

Kamto a en outre invoqué un adage, soulignant l’importance de l’auto-assistance, en disant : « Et vous n’obtiendrez pas le changement que vous désirez tant. Aidez-vous et le ciel vous aidera« .

Maurice Kamto, chef du parti d’opposition camerounais Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), est accueilli alors qu’il arrive sur scène à Yaoundé, le 30 septembre 2018, pour prendre la parole lors d’un rassemblement électoral pour les élections présidentielles. – Le Cameroun a imposé un couvre-feu de 48 heures dans ses régions anglophones un jour avant le premier anniversaire d’une déclaration symbolique d’« indépendance » par les séparatistes anglophones, ont annoncé des responsables le 30 septembre 2018. Cet anniversaire précède le 7 octobre. Des scrutins de 2018 que les sécessionnistes anglophones ont menacé de perturber.

Alors que le Cameroun approche de l’année électorale de 2025, Kamto exhorte ses partisans à prendre des mesures pratiques pour apporter un changement.

Malgré son intention de se présenter à la présidence en 2025, des inquiétudes ont été soulevées quant à la constitutionnalité de sa candidature. Les critiques soulignent un article du code électoral stipulant qu’un parti doit être représenté au Parlement pour que son candidat puisse se présenter à la présidence. Actuellement, le Parti CRM n’est pas représenté au Parlement et n’occupe aucun poste dans aucun conseil.

Lors des élections municipales et parlementaires de 2020, le CRM a choisi de boycotter, invoquant la crise anglophone actuelle et plaidant en faveur de changements dans les lois électorales. Cependant, les modifications souhaitées n’ont pas été mises en œuvre alors que Kamto se prépare pour les élections de 2025.

Dans une tentative de se positionner comme le leader de la coalition d’opposition qui n’a pas encore été formée, Kamto se heurte au scepticisme d’autres partis, notamment du Front social-démocrate et de Cabral Libii. La dynamique du paysage de l’opposition reste incertaine à mesure que le scénario politique se déroule.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi