fbpx

Cameroun Actuel

Mathieu van der Poel a fait son choix

L’armée ukrainienne a annoncé mercredi avoir dû se replier dans certaines zones du front nord-est, dans la région de Kharkiv où la Russie a lancé le 10 mai une nouvelle offensive. La pression sur Kiev s’accentue.

Pour contrer les assauts russes, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exhorté mardi les Occidentaux à accélérer les fournitures d’armes, après une rencontre avec le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, en visite à Kiev mardi et mercredi pour rassurer Kiev sur la pérennité du soutien des Etats-Unis après des mois de blocage et d’incertitudes.

Le nouvel assaut russe se déroule dans la région de Kharkiv, dont la capitale éponyme est la deuxième plus grande ville d’Ukraine. Située près de la frontière russe, la zone a essuyé une campagne de bombardements massive ces dernières semaines.

L’armée ukrainienne a annoncé mercredi un repli de ses troupes dans certaines zones du nord-est, alors que l’armée russe avait assuré la veille avoir pénétré « en profondeur dans les défenses » ukrainiennes et revendiqué la prise d’un nouveau village.

« Dans certains endroits des zones de Loukiantsi et de Vovtchansk, en raison des tirs et des actions d’assaut de l’ennemi, des manoeuvres ont été effectuées pour sauver la vie de nos soldats, les unités ont été déplacées vers des positions plus avantageuses », a déclaré à la télévision mercredi le porte-parole des forces dans la région, Nazar Volochine.

Situation « extrêmement difficile »

Selon Oleksiï Kharkivsky, chef de la police de Vovtchansk, localité de quelque 18’000 habitants avant-guerre, « les combats » sont en cours dans la cité. « La situation est extrêmement difficile. L’ennemi prend position dans les rues », a-t-il déclaré, ajoutant avoir appelé la population restante à évacuer.

Cette offensive par le nord de l’Ukraine a pris les forces ukrainiennes par surprise en fin de semaine dernière. Plusieurs villages ont été conquis, et quelque 7000 personnes ont été évacuées de la zone.

Selon la chaîne Telegram DeepState, proche de l’armée ukrainienne, les Russes sont parvenus à occuper une bande d’environ 80 km2 autour de Loukiantsi et une autre de 53 km2 vers Vovtchansk.

Certains analystes militaires estiment que Moscou pourrait ainsi forcer l’Ukraine à détourner ses troupes d’autres zones de la ligne de front, notamment dans l’Est comme autour de la ville stratégique de Tchassiv Iar, dans la…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi