fbpx

Cameroun Actuel

manifestations à l’appel de l’Association des maires de France — RT en français

Des rassemblements « civiques » se sont tenus le 3 juillet devant de nombreuses mairies de France pour dire « ça suffit » face à la vague de violences urbaines et d’attaques contre les élus.

A L’Häy-les-Roses, un millier d’habitants accompagnés d’élus ont défilé autour de la mairie. « C’est la démocratie elle-même qui est attaquée », a lancé Vincent Jeanbrun devant sa mairie, avant de lancer : « Arrêtez, ça suffit ! »

L’Association des maires de France (AMF) avait appelé le 2 juillet à « une mobilisation citoyenne pour un retour à l’ordre républicain », quelques heures après une violente attaque à la voiture bélier qui a visé le domicile de Vincent Jeanbrun, en région parisienne, provoquant indignation générale.

Acclamé par la foule, l’élu défile derrière une banderole « Ensemble pour la République ! » a été encadré en tête du cortège des ténors de son parti d’opposition de droite, Les Républicains, dont la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse.

Ailleurs en France, élus, employés de mairie et citoyens se sont réunis par petits groupes : 100 personnes à Nanterre, 200 à Toulouse (Occitanie), 300 à Brest (Bretagne) ou Mons-en-Barœul (Nord).

« Depuis mardi les nuits sont difficiles pour les habitants (…) Les violences qui se succèdent sont inacceptables », a lancé ce 3 juillet le maire de Nanterre, Patrick Jarry.

Appels à l’apaisement

« L’heure est à l’apaisement », a-t-il insisté, saluant l’appel au calme lancé le 2 juillet par la grand-mère de Nahel, Nadia, qui a exhorté les émeutiers à ne pas casser « des vitres », « des écoles », « des bus ». Elle a également demandé que l’auteur de la fusillade mortelle – inculpé d’homicide volontaire et incarcéré – paie son geste « comme tout le monde », assurant qu’il avait « confiance en la justice ».

Pour soutenir ce policier, « qui a fait son travail et paie aujourd’hui le prix fort », une cagnotte a été lancée en ligne par une personnalité d’extrême droite, Jean Messiha, provoquant l’indignation à gauche. Elle a récolté ce 3 juillet plus d’un million d’euros.

Scrutée à l’étranger, cette vague de violence et la colère de nombreux jeunes habitants des quartiers populaires rappellent les émeutes qui ont secoué la France pendant trois semaines en 2005, après la mort de deux adolescents poursuivis par la police.

Dans le même temps, le président du Congrès du Conseil de l’Europe, Leendert…

Lire la suite de l’article sur nouvelles-dujour.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi